Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

“Comment avons-nous pu tomber si bas ?” demande le philosophe Abdennour Bidar

confinement

Libération nous livre ici le point de vue du philosophe Abdennour Bidar expliquant qu’ “en voulant sauver la vie, nous l’avons dans le même temps coupée de tous les liens qui la nourrissent, vidée de toutes les significations qui la font grandir.”

“D’interdiction en interdiction”, le philosophe questionne : “Sommes-nous donc devenus fous ? Comment avons-nous pu tomber si bas ? Comment en est-on arrivé à bafouer à ce point de radicalité les droits et devoirs les plus sacrés, autant que les droits humains les plus fondamentaux et les plus élémentaires de la démocratie ?”

Selon lui “Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond du tout dans le système général de la civilisation humaine moderne, et qui doit nous inquiéter bien plus que tout le reste, pour que nous nous trompions de la sorte sur le fondamental : le sacré, la dignité humaine, la liberté.” Mais “avons-nous bien mesuré la signification des choix que nous avons faits ?”

Certes “il fallait protéger la «vie nue» dont parle Giorgio Agamben, [mais] pas sous peine de renier notre humanité. […] Cesser d’exister pour rester en vie ? Cette contradiction est accablante.”

Concluant que, malgré “toute notre intelligence, notre science, nos technologies, etc. nous avons réagi à la crise de façon tellement déshumanisée et déshumanisante, tellement irrationnelle derrière les apparences de la plus grande rationalité.” Alors, “comment nous relever désormais de cette faillite… que d’aucuns ne manqueront pas demain de célébrer, pour le vendre à leur profit, comme «une grande victoire de l’humanité unie» contre le mal d’un maudit virus ?”

Lire l’article :
– Libération : Cesser d’exister pour rester en vie ?

Partagez
1 commentaire
  • Dans ce monde de compétition hypocrite de course à l’argent, plus on salit, plus on
    risque d’être récompensé!