Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

La lettre d’un praticien hospitalier adressée au Ministère de la Santé dénonce une “arnaque sanitaire”

coronavirus

Un praticien hospitalier qui tient à rester anonyme nous a contacté pour nous demander de publier cette lettre qu’il a adressée au ministre de la santé en France, il dénonce le confinement et les méthodes employées pour gérer cette crise et dénonce “l’arnaque sanitaire du 21e siècle.”
La voici dans son intégralité

Lettre au ministre de la santé de la France,

Tout d’abord, je vous souhaite tous mes vœux de réussite dans l’accomplissement de la mission d’envergure qui est la vôtre et dans la gestion de l’épidémie du Covid-19.

Je suis praticien hospitalier et je vous contacte pour vous alerter, preuves à l’appui, sur les dangers et les conséquences catastrophiques du confinement de la population générale (qui seront plus graves que l’épidémie elle-même !), pour vous montrer pourquoi il est urgent de lever ce confinement qui ne repose sur aucune preuve scientifique d’efficacité, pour vous démontrer comment la France et les autres pays du monde (y compris leurs ministères de santé) ont été manipulés par des malfaiteurs et pour vous proposer des solutions pour gérer cette épidémie. Je vous prie d’accorder une attention particulière à ma lettre et de la lire en entier (y compris les sources et les liens, surtout l’enquête menée sur l’Organisation Mondiale de la Santé) car c’est une question de vie ou de mort, de paix ou de guerre. Cette lettre va aborder les 8 points suivants :

1-Pour éviter la saturation des hôpitaux, confiner tout un pays est-elle une mesure raisonnable sur le plan médical et épidémiologique ?

Pour répondre à cette question, il faut rappeler les caractéristiques de ce coronavirus :

Contagiosité du virus

Quand on la compare avec celle des autres virus, elle est située plutôt dans des valeurs basses. Le virus n’est pas aussi contagieux qu’on voudrait nous le faire croire. Il est même moins contagieux que la grippe saisonnière.

Taux de mortalité

 

Quand compare sa mortalité à celle des autres virus ou bactéries, elle est située plutôt dans des valeurs basses et on constate qu’il n’est pas aussi mortel qu’on voudrait nous le faire croire.

Son taux de mortalité sera d’ailleurs selon les spécialistes de la question proche voire plus faible que celui de la grippe saisonnière, comme l’explique le Professeur John P.A. Ioannidis :

In the coronavirus pandemic, we’re making decisions without reliable data

le Professeur Raoult :

le Professeur Bricaire :

ou encore le Professeur Kremer :

Is the Coronavirus as Deadly as They Say? – WSJ

Early epidemiological assessment of the transmission potential and virulence of coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Wuhan City: China, January-February, 2020

Mais, on va supposer que ce virus est très contagieux et très mortel (si ça peut faire plaisir aux protagonistes : on va même supposer qu’il a un taux de mortalité de 100 % !) et puisque les chiffres avancés par les spécialistes restent des estimations, on va se focaliser sur un point qui va mettre tout le monde d’accord , c’est-à-dire la réalité, ce qu’on observe tous les jours avec ce virus car c’est cela le vrai critère qui nous permet d’avoir une évaluation précise de sa réelle contagiosité et mortalité. Jusqu’au 31 Mars, il y a eu au niveau mondial : 860.000 cas et 40.000 morts. Si l’on considère que la pandémie a débuté le 1er Novembre, ça veut dire que ce virus a infecté en 5 mois : 860.000 personnes et a tué : 40.000 personnes. Maintenant, comparons ces chiffres avec ceux de la grippe saisonnière pour savoir combien on aurait eu à la même période :

COVID-19

Grippe saisonnière

Nombre de cas, dans le monde, après 5 mois

860.000

(nombre de cas déclarés)

420 millions

(dont 2 millions graves)

Nombre de décès, dans le monde, après 5 mois

40.000

270.000

(Remarque : les cas de Covid-19 sont « surestimés » d’une part parce qu’on teste systématiquement les gens dans certains pays, alors qu’on ne le fait pas avec la grippe. De plus, ce qui augmente en partie le nombre de cas, c’est que les gens veulent se tester au moindre symptôme ou même s’ils sont asymptomatiques, chose qu’ils ne font pas dans les épidémies de grippe. Les décès rapportés du Covid-19 sont, en partie, surestimés aussi ; la mort des gens covid + est attribuée à tort au coronavirus alors que l’étiologie est tout autre. Mais, malgré cela : les chiffres de la grippe restent nettement plus élevés).


Grippe saisonnière

Global Influenza Strategy 2019-203

WHO/Europe | Seasonal influenza

Österreich bei Corona-Todesstatistik sehr liberal – News | heute.at

How to understand – and report – figures for ‘Covid deaths’

Coronavirus: Irreführung bei den Fallzahlen nun belegt – multipolar

Covid-19 und der Blindflug – RiskNET – The Risk Management NetworkRiskNEWS – RiskNET – The Risk Management Network

Chloe Middleton: death of 21-year-old not recorded as Covid-19 | World news | The Guardian

How deadly is the coronavirus? It’s still far from clear

COVID-19 — German Network for Evidence-based Medicine

Higher co-infection rates in COVID19 – Nigam Shah – Medium (Dans cette étude : jusqu’à 20% des patients Covid+ sont co-infectés par d’autres virus respiratoires. Alors, s’il y a des décès chez ces sujets co-infectés, pourquoi les attribuer uniquement au SARS-Cov-2 ? d’où la potentielle surestimation du nombre de décès liés au Covid-19 dans le monde)

Feds classify all coronavirus patient deaths as ‘COVID-19’ deaths

Why have so many coronavirus patients died in Italy? (selon le Why have so many coronavirus patients died in Italy?, seulement 12% des décès en Italie sont directement liés au Covid-19 ! ce qui veut dire le nombre des décès attribués au Covid-19 est surestimé 8 fois !)

Que représentent 860.000 cas déclarés par rapport aux 420 millions de la grippe (dont 2 millions graves) qu’on aurait eus à la même période (c’est à dire après 5 mois) ??

Et que représentent 40.000 décès par rapport aux 270.000 décès de la grippe ??

On constate la même chose si on résonne par le nombre moyen de cas et de décès par mois :

Jusqu’au 31 Mars

COVID-19

Grippe saisonnière

Nombre moyen de cas par mois dans le monde

172.000

(nombre de cas déclarés)

84 millions

(dont 400.000 graves)

Nombre moyen de décès par mois dans le monde

8.000

54.000

 

Donc, on voit bien que la mortalité (et même la contagiosité) du Covid-19 n’a absolument rien à avoir avec celle de la grippe saisonnière et que cette dernière est (jusqu’au 31 Mars bien sûr) 7 fois plus mortelle !

Autrement dit, si le SARS-CoV-2 était vraiment plus mortel et plus contagieux que la grippe saisonnière, on aurait en moyenne plus de cas et plus de décès par mois. Or, on voit clairement que ce n’est absolument pas vrai.

On nous dit : « mais on n’a pas de vaccin, c’est pour cela qu’on confine la population ». Justement, si on applique ce faux raisonnement, on devrait chaque année à l’approche de l’épidémie de la grippe saisonnière confiner la population puisque malgré l’existence d’un vaccin et malgré l’existence d’antiviraux, elle continue d’infecter chaque année, au niveau mondial, 1 milliards de personnes et d’en tuer 650.000 (et en France 1000 morts par semaine pendant 3 mois). Confine-t-on chaque année la population générale à l’approche de l’épidémie de la grippe ? Même un confinement partiel (des sujets à risque par exemple) n’est pas fait ! N’oublions pas, aussi, que la majorité de la population ne se vaccine pas contre le virus de la grippe.

De plus, un vaccin ne pourrait être prêt (au mieux) que pour mi-2021 et, en plus, sans qu’on soit sûr à 100% qu’il ne sera pas sans danger pour la population (en effet : à cause de la folie mondiale, certaines étapes dans l’élaboration d’un vaccin sont sautées !).

Coronavirus : les dangers d’un vaccin élaboré à la hâte

Va-t-on d’ici là ou à l’approche de la prochaine saison hivernale, continuer à confiner la population ?! Et si jamais, il aura d’ici-là disparu (comme le SARS de 2003) ou muté, quelle sera l’utilité du vaccin élaboré ?

Taux de mortalité comparé aux coronavirus de 2003 (SARS) et de 2012 (MERS)

Si on suppose que son taux de mortalité est de 3 % (mais, on n’a vu que ce n’est pas vrai et qu’il sera probablement comme le taux de mortalité de la grippe voire plus bas), il est 3 fois moins mortel que celui de 2003 (10%) et 10 fois moins mortel que le MERS de 2012 (35%).

Covid-19 — Navigating the Uncharted

Donc, récapitulons : un virus qui infecte et tue beaucoup moins que la grippe, qui présente un risque pour moins de catégories de populations que la grippe (femmes enceintes et enfants selon les données de la littérature), qui a un taux de mortalité beaucoup plus faible que les coronavirus de 2003 et 2012, qui donne 85% de formes bénignes asymptomatique ou peu symptomatiques (sachant que la majorité des 15% de formes sévères restantes guérissent) et dont 99% des sujets infectés guérissent : justifie-t-il de confiner tout un pays et de paralyser l’éducation, l’économie et tous les autres aspects de la vie quotidienne ?!

HCSP – Ministère des Solidarités

De plus, ce virus n’est pas si nouveau qu’on nous le dit car le groupe de virus auquel il appartient est déjà connu depuis presque 20 ans (groupe IIb des coronavirus). C’est juste un nouveau type. Une telle panique était peut être justifiée lorsqu’on ne connaissait pas encore ce groupe, c’est-à-dire en 2003 mais aujourd’hui : non.

Il ne faut pas oublier, aussi, qu’il existe des coronavirus qui circulent chaque année, qu’ils sont responsables d’environ 30% des affections respiratoires virales et qu’eux aussi tuent un nombre non négligeable de gens chaque année (des milliers, probablement). Mais, ça, personne ne le dit et personne n’en parle :

Coronaviren sind nicht das Problem-bleiben Sie besonnen! – wodargs Webseite!

Le professeur Didier Raoult : “Ce coronavirus n’est pas si méchant”

In the coronavirus pandemic, we’re making decisions without reliable data

An Outbreak of Human Coronavirus OC43 Infection and Serological Cross-reactivity with SARS Coronavirus

Coronavirus: “El pánico es injustificado”, dice un virólogo argentino en Francia – Clarín

On terrorise la population en disant par exemple que le coronavirus peut contaminer 70% de la population sans préciser dans le même temps que ça n’a rien d’effrayant et d’étonnant puisque la séroprévalence des coronavirus saisonniers qui tuent des milliers de gens chaque année peut atteindre 100% de la population ! Et ça non plus : aucun de ces experts n’en parle, ce qui est malhonnête :

Est-il vrai qu’un virologue respecté estime que le Covid-19 tuera près de 300 000 personnes en Allemagne ? – Libération

On nous a même prévenus que le Covid-19 pourrait tuer 800.000 personnes en France au moment où on n’avait même pas 400.000 cas dans le monde ! :

Coronavirus : «Si les Français ne prennent pas plus conscience du danger…» – Le Parisien

Je ne suis pas en train de sous-estimer le niveau de dangerosité du virus mais simplement je dis, comme d’autres éminents spécialistes, que les mesures prises sont totalement disproportionnées. Comme si c’était la peste noire ou Ebola ! Et puis, il faut raison garder : que représentent, par exemple, en Chine, 4.000 décès sur 1,4 milliards d’habitants ou 20.000 décès, en Italie, sur 60 millions d’habitants ? Le Pr Raoult, le fait remarquer souvent comme dans ce tweet d’ailleurs :

Voir aussi :

SARS-CoV-2: fear versus data

 

2 – Evidence based medicine (c’est à dire que la médecine doit être basée sur des preuves) ; quelles sont les preuves scientifiques qu’un confinement de la population générale est efficace pour diminuer le nombre de cas ou de morts et permet de les étaler dans le temps et de ne pas saturer les services cliniques, en particulier ceux de la réanimation ?

L’ « étude » de l’Imperial College London n’a rien étudié, c’est juste des modélisations, des principes théoriques, en gros de l’astrologie avec un habit scientifique. Et la médecine ce n’est certainement pas ça. La médecine, c’est basé sur des preuves et des preuves réelles. Et ce n’est pas pour rien que Robert Salmon rejette ces projections astrologiques :

Questions sur le confinement – Libération

Coronavirus : les mesures de confinement en France auraient déjà permis d’épargner 2500 vies selon une étude britannique – France 3 Hauts-de-France

Der Corona-Totalitarismus | Rubikon

Il n’y a aucune preuve scientifique et aucune publication qui prouve que le confinement de la population générale limite la propagation du virus ou permet d’aplanir la courbe épidémique.

La seule manière de le prouver est de prendre 2 villes qui respectent tous ces critères (dans l’idéal) ou plusieurs d’entre eux :

– Un nombre d’habitants à peu près équivalent.

– Chaque année : un nombre à peu près équivalent de cas de grippe saisonnière et de décès de grippe.

– Chaque année : un taux de mortalité et un taux d’attaque (vitesse d’accumulation de nouveaux cas) équivalents.

Et puis lorsque l’épidémie de grippe de la saison n commence, on confine l’une des 2 villes.

On conclura que le confinement est efficace uniquement si, à la fin de l’épidémie, on constate :

– qu’il y a une différence significative entre les 2 villes dans le nombre de cas, le nombre de décès, le taux de mortalité ainsi que le taux d’attaque.

– que le balance bénéfice-risque est favorable (c’est à dire que le bénéfice de confiner une population est supérieur au risque qui en découle sur : l’économie, la santé, l’éducation, la paix sociale et les autres aspects de la vie).

Une autre façon de savoir si le confinement est efficace est de prendre cette fois-ci une seule ville qui a dans l’idéal, chaque année, un nombre constant de : cas de grippe saisonnière et de décès de grippe ainsi qu’un taux de mortalité et un taux d’attaque constants au cours des 3 dernières saisons épidémiques : n-1, n-2 et n-3.

Et puis lorsque l’épidémie de grippe de la saison n commence, on confine la ville. On pourra conclure que le confinement est efficace uniquement si, à la fin de l’épidémie, on constate :

– qu’il y a entre la saison n et les saisons précédents (n-1, n-2 et n-3) une différence significative dans : le nombre de cas, le nombre de décès, le taux de mortalité ainsi que le taux d’attaque.

– que le balance bénéfice-risque est favorable (c’est à dire que le bénéfice de confiner une population est supérieur au risque qui en découle sur : l’économie, la santé, l’éducation, la paix sociale et les autres aspects de la vie).

La question qui se pose : est-ce que des études ou des preuves scientifiques de ce type existent dans la littérature médicale ?

La réponse est bien sûr : non. Pourquoi ? Parce que tout simplement c’est une médecine non pas du moyen âge mais en dessous du niveau de celle du moyen âge !

Car, même à l’époque de la lèpre ou de la peste noire (1347-1352), on n’a pas confiné des villes ou des pays entiers (mais uniquement les personnes infectées par la lèpre et pour la peste noire : on a seulement interdit l’entrée des gens venant des lieux infectés) alors que la peste noire a tué 25 millions de personnes ! :

Histoire de la médecine La peste noire: Fléau de l’Europe médiévale – Lore Loir, Eric Leroy – Google Livres

La Peste noire et ses ravages: L’Europe décimée au XIVe siècle – Jonathan Duhoux, 50 minutes, – Google Livres

Peste noire — Wikipédia

Lèpre — Wikipédia

Si les médecins du moyen âge voyaient les connaissances médicales considérables qu’on a acquises sur les micro-organismes en général et sur les virus en particulier et l’arsenal thérapeutique ainsi que les hôpitaux modernes dont on dispose (choses qu’ils avaient pas, bien sûr) et s’ils voyaient qu’on a confiné non pas des villes mais des pays entiers et qu’on a paralysé l’économie mondiale et l’éducation pour un petit virus dont 99% des gens infectés guérissent et qui n’a même pas fait le dixième du dixième du nombre de morts des épidémies de leur époque, non seulement ils nous l’auraient reproché mais ils seraient hallucinés et ils riraient à gorge déployée !

On aurait aussi droit aux mêmes reproches et mêmes moqueries des médecins du 19ème siècle qui n’ont pas non plus confiné des villes ou des pays entiers malgré que la grippe espagnole de 1918-1920 a infecté 500 millions de personnes et tué 50 millions d’entre eux ! :

La Grande Tueuse: Comment la grippe espagnole a changé le monde – Laura Spinney, Patrizia Sirignano – Google Livres

Grippe espagnole — Wikipédia

En médecine : on confine des malades, on ne confine pas la population générale, ça n’existe pas. Ça n’existe ni en infectiologie, ni en épidémiologie ni en santé publique. C’est, d’ailleurs, du jamais vu dans l’histoire de la médecine et de l’humanité ! Il faut donc revenir à la raison et pratiquer une médecine du 21e siècle :

Quarantaine — Wikipédia

Et demandez à n’importe quel médecin s’il a étudié en infectiologie ou en épidémiologie qu’on traite une nouvelle épidémie en confinant la population toute entière.

De plus, où est notre logique et notre cohérence lorsqu’on exige des preuves scientifiques pour l’hydroxychloroquine et pas pour le confinement ?

Il n’y aucune preuve que la Chine a « freiné » la courbe épidémique par le confinement. Dire que la Chine a diminué le nombre de cas ou a bien géré l’épidémie grâce au confinement est un pur mensonge et n’est basé sur aucune preuve ! (comme on le verra dans le point 6 de cette lettre) car personne n’est capable de donner le chiffre du nombre de cas ou de morts en Chine si elle n’avait pas appliqué le confinement. C’est tout simplement parce que c’est la cinétique et l’évolution normale de toute courbe épidémique (phase ascendante, pic puis phase descendante). Plusieurs spécialistes d’ailleurs, comme le Professeur Bricaire, disent qu’on ne peut pas freiner la chaîne de transmission avec le confinement :

Puis comment pourrai-t-on faire confiance à la Chine et croire que le confinement lui a permis de diminuer le nombre de cas si les chiffres qu’elle a communiqués ne sont même pas vrais ! :

Pour les renseignements américains, la Chine a menti intentionnellement | Valeurs actuelles

Lutter contre l’épidémie de Covid-19 en confinant la population générale c’est comme si les pompiers d’une ville se trouvant, à une année donnée, submergés par des interventions dues à un taux d’incidence élevé d’accidents domestiques d’intoxications au monoxyde de carbone et au lieu de : demander des renforts de pompiers d’autres villes (= mesure raisonnable) ou d’acheter plus de matériel ( = mesure raisonnable) ou de construire des casernes provisoires de pompiers (= mesure raisonnable) ou de sensibiliser la population sur les dangers du monoxyde de carbone et comment les éviter ( = mesure raisonnable), disait aux habitants de cette ville : on va couper vos appareils de chauffage pendant cet hiver (= mesure folle). Même si on suppose que cette mesure est efficace et raisonnable, le risque et le danger qui en découlent sont beaucoup plus importants que le bénéfice recherché : en effet, des maladies vont apparaître (parce que les gens ne pourront pas se laver du fait de l’absence d’eau chaude), la fréquence de certaines maladies hivernales va augmenter (rhumes, angines, grippe, gastro-entérites, etc), la santé des enfants sera menacée de même et des gens vont même mourir d’hypothermie.

Et c’est ça le cœur du problème : la balance bénéfice-risque. Le risque et les dangers du confinement sont infiniment supérieurs au bénéfice souhaité. Surtout qu’on a vu que le bénéfice recherché ne repose sur aucune preuve. Donc le bénéfice du confinement est proche de 0 et n’apporte que des risques et des dangers.

Alors quel est le risque et quels sont les dangers du confinement ? C’est ce qu’on va voir dans le point 5 de cette lettre

3 – Les systèmes hospitaliers des pays sont-ils saturés ?

Non. Pour la France, la saturation ne concerne que quelques hôpitaux, notamment 3 ou 4 d’hôpitaux du Grand Est mais on fait croire aux gens, à cause de la psychose et de l’hystérie, que tout le système hospitalier est saturé ou que la saturation est imminente alors qu’il y a plus de 1000 hôpitaux rien que pour le public ! Et si on ajoute les structures du privé : on arrive à presque 3000. Est-il raisonnable et vrai d’attribuer à 1000 ou 3000 hôpitaux une situation qui ne concerne que 3 ou 4 hôpitaux ?

Nombre de structures hospitalières publiques – Fédération Hospitalière de France (FHF)

Hôpital en France — Wikipédia

Rien d’étonnant, aussi, au fait que certains hôpitaux soient saturés car il s’agit de foyers épidémiques, qu’ils ont probablement plus de sujets à risque que les autres régions et parce que certaines mesures ne sont pas toujours prises ou n’ont pas été prises à temps (on les détaillera dans le point 4 de cette lettre). Le même raisonnement s’applique pour l’Italie.

4 – Quelles mesures raisonnables peuvent être prises pour éviter la saturation des hôpitaux et gérer au mieux cette épidémie ?

Même si certaines sont déjà mises en place, elles ne l’étaient pas au moment de la conception et du début de la rédaction de cette lettre (en Mars) :

– Mise en place d’un GH2N (groupement hospitalier national et numérique) :

cette épidémie nécessite la création d’un groupement hospitalier national et numérique (GH2N), c’est à dire qu’il faut éviter la saturation des hôpitaux (surtout ceux qui se trouvent dans un foyer épidémique important) en transférant leurs patients lorsqu’ils leur restent très peu de lits vers des hôpitaux proches et en utilisant une plateforme numérique qui permet de voir la disponibilité des lits au niveau national en temps réel (et bien sûr la disponibilité des lits dans les régions voisines en cliquant sur elles, à la suite de quoi s’affichera la liste de tous les hôpitaux avec le nombre de lits restants). 3 codes couleurs seront utilisés (vert : non saturé, jaune : moyen, rouge : saturation imminente. Le choix des hôpitaux voisins vers lesquels le transfert se fera suivra cet ordre de priorité : vert puis jaune puis rouge) et tous les services cliniques au niveau national (covid et réanimation) doivent mettre à jour le nombre restants de lits dès qu’un lit sera occupé. Le transfert pourra être fait par tous les moyens : terrestre, ferroviaire, maritime ou aérien. En pièce jointe : un exemple de la plateforme numérique de ce GH2N.

Le GH2N permettra de gérer les lits de tous les hôpitaux comme s’il s’agissait d’un seul grand hôpital. Comme on dit : l’union fait la force.

– Mise en place d’un GHEN (groupement hospitalier européen et numérique) :

Même principe que le GH2N sauf qu’on verra sur cette plateforme numérique l’état des lits dans toute l’Europe (en privilégiant bien sûr les pays voisins les plus proches).

– Construire des mini-hôpitaux démontables à proximité des hôpitaux si le transfert n’est pas suffisant.

– Acheter du matériel de réanimation ou l’emprunter d’autres pays (surtout parmi les moins touchés dans le monde ou ceux qui ont déjà traversé l’épidémie). Idem pour les tests biologiques.

Par contre, il faut faire attention à la ventilation mécanique qui est peut-être ce qui est en train d’entraîner un nombre élevé de décès. Elle est de plus en plus abandonnée :

Some doctors moving away from ventilators for virus patients

COVID-19 pneumonia: different respiratory treatments for different phenotypes?

EVMS CRITICAL CARECOVID-19 MANAGEMENT PROTOCOL

 

– Détourner le matériel de plongée vers un usage médical et encourager la fabrication manuelle de masques de protection :

Coronavirus : Décathlon bloque la vente de son masque pour en faire des dons aux hôpitaux – Le Parisien

– Faire appel à des professionnels de santé d’autres pays (surtout parmi les moins touchés dans le monde ou ceux qui ont déjà traversé l’épidémie).

– Transférer une partie des professionnels de santé des zones du territoire les moins touchées (surtout s’il s’agit de CHU) vers les zones les plus touchées. Une plateforme numérique pourrait aussi être créée pour gérer et faciliter ces transferts.

– Ne pas mettre en quatorzaine les professionnels de santé s’ils sont Covid+ et si leur symptomatologie est bénigne car ça diminue l’effectif nécessaire pour prendre en charge les patients. Ils peuvent très bien continuer à travailler tout en portant un masque et en respectant plus scrupuleusement les mesures barrières :

Coronavirus News: Aufnahmestopp am Klinikum Wolfsburg – Politik – SZ.de

– Raisonner l’information donnée par les médias : qui se contentent de donner les chiffres de morts sans mentionner le nombre de guérisons et sans préciser à chaque fois que 99% des personnes infectées guérissent. Il faut que l’information soit complète (y compris : le nombre de guérisons + 2 informations essentielles : 99% gens infectés guérissent et 85% de formes bénignes).

La manière actuelle d’informer les gens créera une angoisse et une anxiété qui pousseront les gens, au moindre signe, à penser que c’est le coronavirus et qu’ils vont potentiellement mourir. Ce qui a entraîné parfois une multiplication par 5 du nombre d’appels au SAMU ! :

Covid-19 : le nombre d’appels au 15 “multiplié par quatre ou cinq” lundi, selon le Samu

Cette angoisse et cette peur folle des gens, à cause des médias, est allée jusqu’à croire que les professionnels de santé sont de potentiels pestiférés :

VIDEO. “Sachant votre profession, est-il possible de ne pas toucher les portes des parties communes ?” : quand les voisins s’en prennent au personnel soignant au contact du coronavirus

Le délire est allé au point qu’on a même empêché des familles de voir leurs morts ou de les laver ou de faire correctement les funérailles comme si le coronavirus était la peste ou Ebola et comme s’il allait sauter du corps des morts et mordre les vivants. Vous vous rendez compte de la gravité de la situation ?! Des familles privées de voir leur mort !

Al-Kanz – ?Coronavirus et lavage funéraire : l’avis du 18… | Facebook

Épidémie Covid-19 -Face au coronavirus, les règles funéraires évoluent | service-public.fr

– Ne pas exclure les hôpitaux privés dans la lutte contre l’épidémie comme ça été le cas dans certaines régions en France :

Coronavirus. Pourquoi les hôpitaux privés sont-ils relativement peu sollicités ?

On a tellement fait peur aux gens que même les professionnels de santé du privé n’ont pas voulu, dans un 1er temps, accepter de prendre en charge les patients (comme si c’était la peste…) :

Face au Covid-19, les cliniques privées mobilisées… mais en manque de masques

C’est cette même hystérie qui a fait qu’on a mis en place les transferts de patients que tardivement. Les gens, y compris les professionnels de santé, ont été lobotomisés au point de penser que : un patient atteint de coronavirus = la peste. Toucher ou approcher un patient atteint de Covid-19 = je m’infecte = je meurs ! :

Arrivée de deux patients du Grand Est à Angoulême. Le confinement n’arrête pas la bêtise – Charente Libre.fr

– Sensibiliser sur les mesures barrières à la radio et la télévision (afficher toutes les demi-heures ou heures en bas de l’écran et 24H/24 : un rappel de ces mesures).

Surtout, le lavage des mains :

– Si on veut insister sur le confinement (même si cette mesure est discutable), il faut qu’il soit ciblé, c’est-à-dire orienté vers les sujets à risque uniquement ; leur demander de rester chez eux, conserver une distance d’1 mètre s’ils habitent avec des sujets non à risque tout en demander à ces derniers (éventuellement…) de porter aussi un masque s’ils se trouvent en situation d’être proche d’eux, interdire la visite des établissements où se trouvent les sujets à risque comme les maisons de retraites, les EHPAD, des services de cancérologie, etc tout en conservant un contact par internet ou sinon permettre les visites mais en les sécurisant dès l’entrée de l’établissement (mesures barrières + port d’un masque + rester à une distance éloignée de la personne).

– Pistes de traitement : ne pas faire obstacle au protocole de l’association hydroxychloroquine + azithromycine, proposée par le Professeur Raoult

– Mesure post-épidémie : supprimer tous les concours d’accès aux métiers de santé (mis en place par l’égoïsme et l’ignorance de certaines personnes qui voulaient faire de la santé une sorte de club réservé à une petite partie de la société) à cause desquels il y a un manque de professionnels de santé alors qu’avec les moyens et les hôpitaux dont on dispose on peut former 4 fois plus de médecins ou d’infirmiers, par exemple. Il n’y a aucune raison pour que les études de santé ne suivent pas les modalités d’admission des autres filières. Justement, parce que la santé c’est primordial, il faut que l’accès y soit facilité et qu’on est le plus grand nombre possible de professionnels de santé.

La réforme du PACES qui a été faite récemment est une fausse réforme ou une réforme en trompe l’œil et peut être pire que le concours qui existait avant !

Lever le confinement et laisser les gens étudier (surtout que les enfants, les adolescents ou les jeunes ne sont pas des sujets à risque) et travailler tout en portant éventuellement des masques (si on veut vraiment insister car, encore une fois, ce n’est pas la peste non plus) qui peuvent très bien être fabriqués par soi-même et qui sont tout à fait adaptés à la population générale :

http://stop-postillons.fr/ (avec des réserves sur le slogan : « restez à la maison » comme on l’a expliqué déjà et on y reviendra dans le point 8 de cette lettre)

Coronavirus : «l’exemple hongkongais» pour vaincre l’épidémie

Il y a 3 portes d’entrée du virus : la bouche, le nez et les yeux. Il suffit, donc, de les bloquer ; les 2 premières par un masque et la dernière en incitant les gens à porter des lunettes ou en les sensibilisant à éviter de toucher les yeux ou de les toucher qu’après avoir lavé ses mains. Dès le début de l’épidémie, le confinement de la population générale n’aurait pas dû être fait et les gens pouvaient continuer leur vie normalement puisqu’il suffisait de bloquer les 3 portes d’entrée du virus dans l’organisme lorsqu’on se trouve en situation de promiscuité (face à face + 15 min + moins d’1 mère). C’est comme ça qu’on casse les chaînes de transmission et pas en confinant les gens. Il ne faut pas tomber, non plus, dans une nouvelle folie (on en a eu suffisamment…) ; celle de demander aux gens de porter tout le temps un masque. Ce dernier ne doit être porté qu’en situation de promiscuité (définie par 3 éléments : face à face + 15 min + moins d’1 mère). Ça ne sert à rien, par exemple, d’aller embêter (ou au pire de mettre une amende) un joggeur qui fait son sport tout seul ou même accompagné d’autres personnes (si bien sûr elles ne se trouvent pas en promiscuité). Il ne faut pas, aussi, tomber dans la folie de demander aux gens de porter un masque alors que la phase descendante de l’épidémie aura pris fin.

5 – Quels sont les dangers et les conséquences catastrophiques pendant et après le confinement ?

Chaque vie humaine est bien sûr précieuse, mais quel est le pire choix : confiner pour soi-disant sauver la vie de quelques milliers de gens et pour soi-disant ne pas saturer les hôpitaux ou subir les ravages d’une guerre (qui risquent de balayer, peut être, 100 fois plus de victimes), y compris économique ?

De plus, on n’est pas dans cette situation de devoir laisser des gens mourir. Car les hôpitaux ne sont pas saturés. Mais supposons qu’on se trouve dans cette situation : la vie de chaque personne est précieuse quel que soit son âge mais là, il s’agirait de choisir entre un mal (qui en plus n’existe pas, c’est à dire ne pas pouvoir soigner une partie des patients) et un autre qui est beaucoup plus grave et d’appliquer la balance bénéfice-risque qui est très défavorable (d’autant plus que, comme on a dit : le bénéficie est proche de 0).

Alors, quels sont les dangers et les conséquences catastrophiques pendant et après le confinement ?

– Suicide de gens angoissés : comme ça été rapporté en Chine

Didier Raoult sur le coronavirus : “Il ne faut pas jouer avec la peur”

ndiana sees ‘alarming’ spike in mental health, addiction issues amid coronavirus

Et ça a déjà commencé dans certains pays :

Le ministre des Finances de l’État allemand de Hesse, Thomas Shaffer, se suicide face à la crise du virus Corona – Thesneaklife

Coronavirus : ces suicides de malades ou de personnes tenaillées par l’angoisse – midilibre.fr

Le nombre de suicides a quasiment doublé en Creuse depuis le confinement – Guéret (23000)

– Paralysie du parcours éducatif des élèves et des étudiants à l’université.

– Impacts négatifs et dangers sur les animaux :

?Coronavirus : Des millions de pigeons vont mourir de faim dans les villes| Hector Kitchen

– Négligence des autres maladies (surtout chroniques) et augmentation de leur mortalité ! :

Coronavirus en France : des risques de surmortalité pour d’autres maladies – La Nouvelle Tribune

Coronavirus : un médecin craint “une vague de patients ayant fait un AVC” après l’épidémie

Coronavirus, in Lombardia 9 morti su 10 mai giunti in terapia intensiva – Tgcom24

Internisten warnen vor „Kollateralschäden“ – wien.ORF.at

– Augmentation des violences conjugales :

Hausse des violences conjugales pendant le confinement

Confinement : le calvaire des femmes victimes de violences conjugales – Le Point

Coronavirus : le confinement, “terreau favorable aux violences conjugales et familiales”

Le confinement, «une séquestration légale» pour les femmes victimes de violences conjugales | Slate.fr

– Pertes économiques et crise économique majeure :


Selon Trump, un confinement prolongé aux Etats-Unis pourrait «détruire» le pays – Libération

Le coronavirus provoque un effondrement brutal de l’économie française

Le ministre des Finances de l’État allemand de Hesse, Thomas Shaffer, se suicide face à la crise du virus Corona – Thesneaklife

“Désespéré et inquiet” à cause du coronavirus, un ministre allemand se suicide

Coronavirus : des pertes faramineuses pour l’économie française

Annecy : il y a «une crainte réelle» que des commerçants ne se relèvent pas – L’Essor Savoyard

 

Pour le FMI, la récession due au coronavirus pourrait être pire que la crise financière de 2008

– Libération

Coronavirus dans le Morbihan : Le préfet invite les entreprises à rouvrir pour éviter « la pire récession du siècle »

Coronavirus : les scénarios noirs d’une profonde récession | Les Echos

Coronavirus : chaque mois de confinement coûte 2 à 3 points de croissance à la France | Les Echos

L’économie aurait du mal à résister à plus de deux mois de confinement

US weekly jobless claims spike to a record 3.3 million as the coronavirus outbreak triggers widespread unemployment

De plus, peu de gens savent que la crise économique de 2007 a entraîné le suicide d’au moins 13.000 personnes rien qu’en Europe et en Amérique du Nord :

Au moins 13.000 suicides liés à la crise économique de 2007

Et ça a déjà commencé alors qu’on n’y est pas encore :

Le ministre des Finances de l’État allemand de Hesse, Thomas Shaffer, se suicide face à la crise du virus Corona – Thesneaklife

– Graves conséquences sur l’agriculture :

– Déstabilisation des pays et de la paix sociale et risque déclenchement d’une guerre (voire d’une guerre mondiale) :


Les Américains achètent des armes à tour de bras, craintes d’émeutes – Capital.fr

France – Monde | Coronavirus : les États-Unis s’engagent dans la guerre des masques | La Provence

Des millions de masques à destination de la France détournés vers les Etats-Unis | Valeurs actuelles

On pourrait voir les prémices d’une guerre quand on se rappelle des disputes dans les magasins :

Vous vous rendez compte des dangers et des risques qu’on prend en confinant la population générale ?

Après qu’on a exposé tous les dangers du confinement, on voit clairement que la balance bénéfice-risque est extrêmement et dangereusement défavorable d’autant plus que le bénéfice du confinement n’est absolument pas prouvé voire proche de 0 !

6 – Pourquoi les pays du monde confinent-ils leurs populations ?

– Le 25/02/20 : Bruce Aylward, un chef à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) de la mission d’observation internationale du coronavirus en Chine a loué la réponse apportée par Pékin à l’épidémie. Il a dit que la Chine a réussi par des méthodes « à l’ancienne », a souligné que « le monde [avait] besoin des leçons de la Chine. », qu’il faudrait s’en inspirer et que s’il avait le Covid-19, il aimerait se faire soigner en Chine !

Covid-19 : le monde « n’est pas prêt », selon la mission de l’OMS en Chine

Il loue aussi la Chine la qualifiant de « très ouverte » et « très transparente » :

Comment peut-on croire à ces déclarations ? Comment peut-on croire que s’il avait le Covid-19, il irait se soigner en Chine ? Comment peut-on croire que le monde doit s’inspirer de la Chine et que la lutte de l’épidémie doit se faire avec des méthodes à l’ancienne ?

Comment peut-on dire qu’il faut imiter un pays dont le système de santé est classé 92e au monde ? le système de santé, qui malgré le SRAS de 2003 (qui a déclenché une alerte mondiale et a tué 800 personnes au monde), a laissé ouverts les marchés des animaux sauvages comme si rien ne s’est passé et n’a pris aucune mesure pour que ça ne se reproduise plus et qui est le responsable de ce que vit actuellement le monde, est-il digne d’être imité et d’être un exemple à suivre pour lutter contre une épidémie comme nous l’explique Bruce Aylward ?

Pour les renseignements américains, la Chine a menti intentionnellement | Valeurs actuelles

Quand on superpose les déclarations de Bruce Aylward avec ce qu’une directrice de l’OMS a dit à propos des fausses informations : “En plus d’une épidémie de maladies, il y a ce que nous appelons une ‘infodémie’ : la circulation de rumeurs et de fausses informations”, on se dit que c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

Healthcare Access and Quality Index based on mortality from causes amenable to personal health care in 195 countries and territories, 1990–2015: a novel analysis from the Global Burden of Disease Study 2015

Classement mondial de la santé : quels pays arrivent en tête ? – Sciences et Avenir

Coronavirus 2019-nCoV : comment l’OMS s’efforce de contenir l'”infodémie” qui entoure l’épidémie

Ce qui est hallucinant, c’est que Bruce Aylward a réussi à avaler ses salades au monde entier, y compris les professionnels de santé.

Car malheureusement : depuis les déclarations de Bruce Aylward, les pays du monde mettent en place des mesures disproportionnées et suivent aveuglément les recommandations de l’OMS en confinant leurs populations. Les médias aussi nourrissent depuis la peur et la psychose en le présentant comme un virus très dangereux ou à mortalité massive alors que ce n’est absolument pas le cas. Même certains professionnels de santé suivent comme des moutons. Sans entrer dans le complotisme et après des précédents comme le H1N1 de 2009, peut-on faire confiance à l’OMS et suivre ses recommandations? Est-elle indépendante dans ses recommandations et ses décisions ? La réponse est bien sûr : Non.

Heureusement, une interview réalisée récemment avec Bruce Aylward a montré son vrai visage et les conflits d’intérêts de l’OMS avec la Chine lorsqu’une journaliste lui a posé une question sur le refus de l’adhésion de Taiwan (qui est en conflit avec la Chine) par l’OMS ; il a fait semblant de ne pas entendre la question puis quand cette dernière lui a été reposée, il a coupé la communication ! :

Vidéo visionnée 8 millions de fois :

Taïwan, modèle de lutte contre le coronavirus, mais exclu de l’OMS | Les Echos

Et heureusement, aussi, qu’un mois et demi après ses déclarations, le monde a découvert que les chiffres que la Chine a communiqués ne sont même pas vrais ! :

Pour les renseignements américains, la Chine a menti intentionnellement | Valeurs actuelles

7 – Vérités méconnues sur l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Pandémies, grippes virulentes ou maladies consécutives à un accident nucléaire : l’OMS créée en 1948 doit intervenir sur tous les fronts de la planète pour prévenir et guérir. Financée, dans les années 1970, à 80 % par les contributions de ses États membres et à 20 % par des entreprises et des donateurs privés, elle voit aujourd’hui cette proportion s’inverser ! : L’OMS est financée à 80% (directement ou indirectement) par des entreprises : pharmaceutiques, pétrolières, financières, etc alors que le tout-puissant Bill Gates participe de plus en plus au financement de l’OMS par le biais de sa fondation.

Global Health and the Gates Foundation — In Perspective | SpringerLink

Les faits s’accumulent : complaisance troublante envers le glyphosate -molécule active du Roundup cher à Monsanto-, que l’OMS a déclaré sans danger en dépit des victimes de l’herbicide, aveuglement face aux conséquences de la pollution liée aux compagnies pétrolières en Afrique, minoration des bilans humains des catastrophes nucléaires, de Tchernobyl à Fukushima et des désastres de l’utilisation de munitions à uranium appauvri en Irak ou dans les Balkans. L’indépendance de l’organisation est compromise tout à la fois par l’influence des lobbies industriels -dont celle des laboratoires pharmaceutiques- et par les intérêts de ses États membres. L’institution de Genève, qui avait sous-estimé la menace Ebola (plus de onze mille morts), est de surcroît accusée de négligence vis-à-vis des maladies tropicales, au profit de marchés plus juteux. Une enquête en 2017 a livré une édifiante radiographie de l’OMS en dressant le portrait d’une structure fragilisée, soumise à de multiples conflits d’intérêts et étrangement liée à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) – avec laquelle elle a signé une convention… Cette investigation a montré combien, à l’OMS, les intérêts privés dominent les enjeux de santé publique :

L’OMS : dans les griffes des lobbyistes ? | ARTE

Implication de l’OMS dans le scandale de l’Artemisia :

Mensonge planétaire sur l’H1N1 entre 1:00:10 et 1:04:05 :

Une autre enquête a aussi été réalisée sur l’OMS (activer les sous-titres en Français) :

Selon un rapport de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe — Wikipédia : « De graves lacunes ont été identifiées en ce qui concerne la transparence des processus de décision liés à la pandémie, ce qui soulève des préoccupations sur l’éventuelle influence que l’industrie pharmaceutique aurait pu exercer aux égards des principales décisions relatives à la pandémie ». Les Conflit d’intérêts — Wikipédia d’experts ont aussi été critiqués.

Vous savez ce que veut dire le mensonge planétaire de l’OMS sur l’H1N1 de 2009 : ça veut dire qu’il y a chez eux des gens prêts à injecter dans le corps des hommes un vaccin (qui n’est pas une substance chimique anodine) -dont ils n’ont pas besoin- pour une liasse de billets. Vous vous rendez compte de leur danger ?

Ce n’est pas pour rien que Wolfgang Wodarg, pneumologue et président, à l’époque, de la commission santé du conseil de l’Europe a demandé l’ouverture d’une enquête.

Une enquête mérite aussi, aujourd’hui, d’être ouverte en commençant par interroger Bruce Aylward. Pour rappel, c’est lui aussi qui a dit fin Février : « Il n’existe actuellement qu’un seul médicament duquel nous pensons qu’il pourrait avoir une réelle efficacité, le remdesivir ». Comment peut-il dire cela avant même la sortie des résultats ? et pour quelles raisons l’a-t-il dit ?

Le Pr Raoult montre l’effet de ces déclarations sur le cours de Gilead (à partir de : 08:00) :

Chloroquine, Remdesivir, Kaletra… Les pistes de traitements contre le SARS-CoV-2

Présence de groupes de pression à Genève ?

L’État hôte, la Suisse, est un État Membre de l’OMS, mais l’un des 6 à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre contre le tabac alors que plusieurs entreprises multinationales ont établi leur Siège à Genève, entre autres Japan Tobacco International, qui y a construit un siège international et y emploie un millier d’employés, Philip Morris International (PMI) emploie plus de 3000 personnes à Lausanne et Neuchâtel et la filiale suisse de British American Tobacco (BAT) recense 400 salariés en Suisse romande

Organisation mondiale de la santé — Wikipédia

Il ne faut pas faire une confiance totale et aveugle à l’OMS et il faut se méfier de ses experts surtout s’ils sont des conflits d’intérêts avec des laboratoires pharmaceutiques. Le Professeur Perronne n’hésite pas à dire que dans le conseil scientifique qui conseille Emmanuel Macron sur la gestion de l’épidémie, il y a certains qui le « fourvoient » :

Covid-19: les conseillers du pouvoir face aux conflits d’intérêts | Mediapart

118.000 euros de MSD, 116.000 euros de Roche : faut-il s’inquiéter des liens entre labos et conseils scientifiques ?

Coronavirus : des liens troubles entre labos et conseils scientifiques ? | Valeurs actuelles

Le Professeur Raoult apporte aussi des critiques sur ce conseil :

Dans une tribune, Didier Raoult justifie ses méthodes et tacle le conseil scientifique

L’OMS a trompé le monde à plusieurs occasions : si vous suivez les conseils de quelqu’un qui vous a dit de ne pas prendre un chemin parce qu’il y a un loup dans ce chemin mais que vous constatez que finalement il y avait juste un chat, est-ce que vous lui ferez confiance les prochaines fois et vous continuerez de le suivre ?

Mais ce qui est hallucinant, c’est que c’est exactement ce que font les pays du monde entier et ils continuent de faire une confiance aveugle à l’OMS.

Les malfaiteurs qui sont derrière le confinement, la psychose et la terreur mondiales actuelles (il faut, dans ce cas, les chercher du côté de l’OMS) : lorsqu’ils voient la ruée des gens vers les magasins, les gens se disputer pour des pâtes ou du papier toilette, les distances d’1 mètre dans les centres commerciaux comme si c’était la peste, les gens confinés, les drones mobilisés pour surveiller le confinement, etc., il n’est pas exclu qu’ils soient en train de rire de la facilité avec laquelle ils ont manipulé des pays entiers (y compris leurs dirigeants, leurs médias, leurs peuples, leurs ministères de santé et leurs professionnels de santé) et peut être même qu’ils les traitent de moutons :

Les gendarmes utilisent désormais des drones pour faire respecter le confinement – ladepeche.fr

Chaque pays du monde, en suivant aveuglément l’OMS et les mesures dictatoriales de confinement général (une hérésie d’un point de vue médical) qui n’ont rien à avoir avec la santé publique, a accepté de devenir une copie conforme de la Chine, une Chine-bis. Vous vous rendez compte ?

L’OMS recommande de jouer aux jeux vidéo pendant le confinement ! Vous trouvez ça sérieux d’une organisation qui soi-disant veille à la santé. Va-t-on aussi la suivre sur ça ?!

Edition Sarrebourg – Château Salins | Jouer aux jeux vidéo pendant le confinement, c’est recommandé par l’OMS

Votre stratégie de dépistage ciblé est très pertinente à la fois sur le plan médical et économique. Et ce n’est pas parce que l’OMS a dit : « testez, testez, testez » qu’on doit la suivre et changer. Au contraire, après ce qu’on a démontré sur les conflits d’intérêts qui la gangrène, notre réponse à l’OMS doit être : « Non ! Non ! Non ! ».

hcsp_sars-cov2-priorisationtestsdiagnostiques-2020-03-11.pdf

Heureusement, des pays commencent à se réveiller :

Vidéo – Derrière l’offensive anti-OMS de Trump, l’accusation de biais pro-Chinois – Le Point

Donald Trump promet une “annonce” sur le financement de l’OMS – L’Express

Donald Trump a raison de critiquer l’Organisation Mondiale de la Santé | Contrepoints

L’OMS : organisme scientifique ou bureaucratie politique comme les autres ? | Contrepoints

Il n’y a rien de pire que la panique pour gérer une situation de « crise », surtout que cette crise n’est pas justifiée. La tuberculose qui est beaucoup plus contagieuse (un malade non traité peut contaminer 10 à 15 personnes !) et beaucoup plus mortelle que le coronavirus entraîne chaque année au niveau mondial : 10,4 millions de cas et tue 1,8 million de personnes. D’ailleurs, elle figure dans le top 10 des causes de mortalité dans le monde. Et pourtant on ne parle jamais de crise sanitaire ! Et ça n’émeut personne et ça ne crée aucune psychose. On est en train d’exploiter le fait que les gens (y compris certains professionnels de santé qui ne connaissent pas bien la virologie) ignorent ces chiffres et ces réalités pour leur faire peur :

Tuberculose | Inserm – La science pour la santé

The coronavirus pandemic in five powerful charts


Les 10 principales causes de mortalité

8 – Les experts et les professionnels de santé qui dénoncent le confinement :

-Professeur Raoult dénonce l’inefficacité du confinement :

[Vidéo] Un membre du conseil scientifique Covid-19 dénonce l’inefficacité du confinement | Valeurs actuelles

“Des normes de vérification de plus en plus lourdes” : Didier Raoult dénonce la dictature de la méthode

– Docteurs Délepine :

Ce n’est pas de confinement généralisé que la France a besoin, mais de liberté, de masques et de chloroquine – AgoraVox le média citoyen

Docteur Nicole Delépine – Site Officiel du Docteur Nicole Delépine, Pédiatre, Oncologie

– Docteur DES :

– Professeur Bricaire :

– Même des hommes politiques comment à se réveiller comme le député Jean-Luc Mélenchon qui dénonce le confinement et demande que la question du déconfinement soit posée :

Coronavirus. Pour Mélenchon, la question du déconfinement devrait se poser « maintenant »

– Loukachenko (même si on peut avoir des réserves sur certaines de ses déclarations), président de la biélorussie, Coronavirus. Pendant ce temps-là, on continue à jouer au football en Biélorussie. Il a même dénoncé une psychose, affirmant que la panique en découlant était plus dangereuse que le virus lui-même.

– La Suède, aussi, soutient que les mesures de confinement ne sont pas efficaces :

Coronavirus en Suède : 146 morts mais pas de confinement strict, le point sur la situation

Coronavirus: Why the Swedish experiment could prove Britain wrong

A Comparison of Lockdown UK With Non-Lockdown Sweden

Il faut lever le confinement (ou si on insiste vraiment : pratiquer un confinement « ciblé » qui ne touche que les sujets à risque comme déjà expliqué dans le point 4 de cette lettre) et laisser la population s’immuniser (principe d’immunité collective) d’autant plus que c’est un virus bénin (85% de formes bénignes et 99% des gens infectés guérissent) :

Immunité collective : ceux qui y croient (encore)

Suède : toujours pas de confinement généralisé

N’oublions pas que si les virus entraînent des épidémies en hiver c’est à cause de facteurs comme le confinement (or, c’est ce qu’on est exactement en train de faire !!) ou la température. Alors, pourquoi continue-t-on à faire exactement le contraire de ce qu’on devrait faire ? De quel livre de médecine sors cette idée folle et farfelue de confiner un pays pendant des mois y compris en été et d’où sors cette idée qu’une « seconde vague » peut intervenir dans les suites immédiates d’une épidémie !?

– Le Royaume uni a retiré le Covid-19 de sa liste des maladies infectieuse à conséquences importantes car, entre autres, le taux de mortalité n’est pas aussi élevé qu’on nous le faisait croire :


High consequence infectious diseases (HCID) – GOV.UK

– Taiwan n’a utilisé aucune mesure de confinement pour vaincre l’épidémie :

Taïwan, modèle de lutte contre le coronavirus, mais exclu de l’OMS | Les Echos

– Olivier Sibony (qui enseigne la stratégie, la prise de décision et la résolution de problèmes à HEC Paris) qui dit qu’ « On arrive à un moment où il faut aussi, malheureusement, que l’on se demande qu’elles vont être les conséquences économiques de ce que nous sommes en train de faireIl n’est pas impossible qu’on soit dans une crise plus grave que celle de 1929… » :

La crise sanitaire du coronavirus en cache une autre pour cet expert en stratégie | Le Huffington Post

– Dr Wolfgang Wodarg, pneumologue et ancien président de la commission santé du conseil de l’Europe, qui a été l’un des rares lanceurs d’alerte après la grippe H1N1 de 2009 :

Coronaviren sind nicht das Problem-bleiben Sie besonnen! – wodargs Webseite!

– Dr Lohse :

Es müssen sich mehr Menschen mit Corona infizieren

– Professeur John Ioannidis dénonce les mesures disproportionnées prises et les conséquences graves qui en découlent en faisant cette comparaison : « C’est comme un éléphant attaqué par un chat domestique. Frustré et essayant d’éviter le chat, l’éléphant saute accidentellement d’une falaise et meurt »

In the coronavirus pandemic, we’re making decisions without reliable data

– Professeur Haditsch :

– Professeur Krause :
Mehr Tote durch Anti-Corona-Maßnahmen als durch Virus? – ZDFheute

– Professeur Gøtzsche :

Corona: an epidemic of mass panic – Deadly Medicines and Organised Crime

– Professeur Vernazza :

Ostschweizer Infektiologe Pietro Vernazza: «Die Zahlen zu den jungen Corona-Virus-Erkrankten sind irreführend» | St.Galler Tagblatt

– Professeur Ansgar Lohse :

UKE-Professor: Corona-Shutdown in Deutschland schnell lockern – Hamburger Abendblatt

– Professeur Johan Giesecke :

– Professeur Kekulé :

‘Infect the young and isolate those at risk’ – One German scientist’s plan to end the lockdown

– Professeur Gentilini :

« Le confinement est exagéré » selon Marc Gentilini, un spécialiste des maladies infectieuses qui connaît bien la Creuse – Guéret (23000)

– L’association médicale Norvégienne :

Nesten halvparten av sengene på Oslo universitetssykehus står tomme | ABC Nyheter

– Autres experts :

Covid-19: four fifths of cases are asymptomatic, China figures indicate

– Professeur Sucharit Bhakdi, qui qualifie les mesures prises, y compris celles du confinement : “mesures grotesques, absurdes et très dangereuses…un impact horrible sur l’économie mondiale…auto-destruction et suicide collectif…”

Activer, sur YouTube, les sous-titres en Anglais :

Le Professeur Bkhadi a même envoyé une lettre à Angela Merkel à ce sujet :

Offener Brief von Professor Sucharit Bhakdi an Bundeskanzlerin Dr. Angela Merkel – Swiss Propaganda Research

COVID-19, Urgent Reassessment, Diagnosis and Basic Principles of Infectiology: Open Letter from Professor Sucharit Bhakdi to German Chancellor Dr. Angela Merkel – Global ResearchGlobal Research – Centre for Research on Globalization

Si malgré ce qu’on vient de démontrer quelqu’un dit : mais la majorité des experts disent le contraire ? On lui répond : le critère pour savoir si des gens ont raison n’est pas leur nombre mais la conformité de leurs arguments à la vérité.

Par exemple, Irène Frachon a été la seule pneumologue qui a alerté sur le scandale du MEDIATOR (médicament qui a causé des milliers de morts). Aurait-on raison si on avait appliqué ce raisonnement à l’époque en disant : « il y a des centaines ou des milliers de pneumologues en France qui disent le contraire ou ne disent rien et n’y a qu’elle qui a raison ! » ?

Au procès Mediator, la leçon du Docteur Irène Frachon

Ne cédons pas à la foule ou aux pressions mais uniquement au bon sens et à la raison.

Cet emballement médiatique et politique où -sans réfléchir- tout le monde répète ce que tout le monde dit (par exemple le fameux solgan #restezchezvous) et où tout le monde imite ce que tout le monde fait a créé une vague de folie qui a emporté tout le monde dans son passage, y compris les professionnels de santé. Mais, ce que beaucoup de gens ignorent (car la panique empêche de réfléchir et de prendre des décisions raisonnables), c’est qu’en suivant cette vague, ils vont se trouver en face d’un grand tsunami qui risque sérieusement de les emporter. Et ça risque de faire très mal…

Le confinement (ou plutôt la séquestration) de la population générale n’existe pas en médecine ou en santé publique et n’est basé sur aucune preuve scientifique, c’est juste une mesure dictatoriale made in China puis exportée (sur fond de conflits d’intérêts et de mensonges) par l’OMS aux pays du monde auxquels elle l’a vendu comme stratégie sanitaire efficace (alors que cette mesure pseudo-sanitaire n’a rien d’efficace). Je dirai même que c’est l’arnaque sanitaire du 21e siècle.

La Chine a confiné sa population pendant 2 mois, va-t-on suivre comme des moutons l’OMS et ces mesures extrêmes et extrémistes de la Chine et confiner notre population pendant 2 mois ?

Certains disent qu’il faut même 6 mois avant de lever le confinement ! (comme si on avait affaire à la peste noire !). Nous allons, aussi, les suivre sur ça comme des moutons ? Nous allons accepter de subir les conséquences désastreuses du confinement qu’on a évoquées, y compris le risque de déstabilisation des pays et le déclenchement d’une guerre ? Avons-nous perdu la tête ?! :

JIM.fr – La délicate préparation de la sortie du confinement

Il faut cesser cette mascarade et arrêter cette terreur et ce terrorisme : médiatique, sanitaire et politique et revenir à la raison. Réveillons-nous et réfléchissons !

J’espère que vous aurez en santé, la conscience, la lucidité et le courage qu’a eus Dominique de Villepin en politique lorsqu’il a refusé de suivre comme un mouton la foule et d’imiter ce que faisait les autres pays en s’opposant à la guerre en Irak qui s’est révélée, à la fin, être basée sur un grand mensonge et être la plus grosse manipulation de l’histoire moderne (pas besoin de rappeler quelles en ont été les conséquences catastrophiques). De la même façon, j’espère aussi que le Président, s’inspirera des décisions et des qualités de Jacques Chirac à l’époque.

Pour finir, je vous prie, Monsieur le ministre, d’ouvrir rapidement tout ce qui a été fermé (universités, écoles, commerces, usines, etc) et d’arrêter ce suicide collectif en levant immédiatement (car chaque jour passé dans le confinement aggrave encore plus notre situation) ce confinement très dangereux avant qu’il ne soit trop tard…

 

 

Partagez
2 commentaires
  • Brillant! Enfin! Prions que le Ministre de la Santé soit honnete homme. (Mon clavier refuse de me faire des circonflexes, désolée.) Je rajoute mes deux petits mots au sujet de la propagande sur France Culture. Dans la revue de presse ce matin, on parle de la Suède, un pays qui n’a pas mis en place le confinement. Pourtant, le maire de Lund vient de balancer des tonnes de fiente de poule sur un parc, soi-disant afin de fertiliser l’herbe, mais en réalité à répandre une odeur affreuse qui va décourager les gens de s’y rassembler pour la fete de Walpurgis. Déjà, le nom donne l’impression d’une fete assez sauvage et donc d’un pays peu rationnel. A sous-entendre, mieux vaut etre confiné en bonne règle à la française que d’etre forcé de rester chez soi par la fiente de poule.
    Ensuite, l’invité des Matins c’est un économiste, chercheur à Sciences Po (bien sur) qui parle de la récession à venir. En meme temps il mentionne un vaccin contre le covid qui ne sera pas disponible avant deux ans, et évoque la possibilité de nouveaux confinements en attendant. La petite graine va germer dans nos esprits; il y aura dans nos sociétés des périodes de confinement et des périodes de (demi) liberté, il faut s’y habituer.

  • La lettre et le dossier de cet ‘anonyme’ est en béton. Mais à ce stade, pourquoi ne pas lever le masque (sic !). Nous avons besoin de professionnels qui ‘mouillent le maillot’. C’est aussi ce que nous faisons en tant que citoyens : ras le bol d’être infantilisés par le pouvoir en place !