Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

“La plupart préfère s’illusionner quand bien même nous allons directement à l’abattoir” selon la psychologue et docteur en psychopathologie Ariane Bilheran

deni

Voici les extraits d’une lettre de Ariane Bilheran, normalienne, psychologue et docteur en psychopathologie, dont vous pourrez lire l’intégralité en vous rendant sur son propre site, ou que vous pouvez télécharger au format .pdf en cliquant ici.

“Depuis le début de cette « pandémie », je n’avais écrit qu’un bref article sur « le totalitarisme sanitaire », ayant besoin moi-même d’y voir suffisamment clair avec du recul pour me prononcer. Néanmoins, nous pouvons reconnaître, à un niveau mondial, avec quelques nuances selon les pays, la griffe d’une contagion délirante paranoïaque qui chaque jour montre davantage son visage odieux.

Rappelons-nous que le délire paranoïaque fonctionne sur la persécution, l’interprétation et la tyrannie de l’idéal. La persécution est au cœur de ce qui est divulgué : l’autre est en puissance mon ennemi, car il est en puissance un malade qui va me contaminer. Cet ennemi peut être invisible, et même au sein de l’intime et de la famille.

Cette persécution entraîne méfiance, peur et culpabilité (ceux qui dénoncent le bien-fondé de mesures dogmatiques totalement arbitraires et parfois confinant à l’absurde sont désignés comme coupables). L’interprétation est également au cœur du processus : selon l’interprétation de vos paroles, de vos actes, vous serez considéré comme un ennemi du système et censuré (la censure bat son plein sur les réseaux sociaux).

Selon l’interprétation de symptômes (très généralistes au demeurant), vous serez classés dans les pestiférés qu’il ne faut pas fréquenter. L’idéal est celui de « sauver l’humanité de la maladie », quel qu’en soit le prix à payer :

  • Effondrement économique (perte de ressources, désespoir, insécurité…)
  • Famines (des millions de personnes pour l’Amérique du sud)
  • Clivages sociaux entraînant une dégradation majeure du climat social, de l’agressivité et de l’insécurité
  • Délaissement des plus vulnérables, voire leur euthanasie (personnes âgées)
  • Etc.

Et quels qu’en soient les moyens :

  • Mensonges
  • Techniques de propagande grossières et influenceurs de masse
  • Censures du peuple, de nombreux médecins et experts scientifiques
  • Violences policières
  • Enfermement généralisé et assignation à résidence (l’individu étant traité comme un criminel en puissance)
  • Chute libre des droits humains fondamentaux
  • Éradication de la conscience humaine, du consentement
  • Maltraitances sur les familles, et en particulier les enfants
  • Etc.

[…]

Les politiques mondiales menées sur pression de l’OMS se sont permises de mettre l’humanité à l’arrêt, de stopper le mouvement de la vie du jour au lendemain, en encourageant des méthodes manipulatrices au chantage, à la culpabilité, et à la peur, qui ne sont pas des méthodes politiques convenables, et que nous ne devons pas accepter. A tout le moins pouvons-nous également rajouter que le manque d’équilibre et de mesure, de tempérance et de bienveillance a présidé à ces différentes politiques, avec des couleurs locales variées selon les pays.

[…]

C’est désormais acté : l’État a les pleins pouvoirs sur vous, et vous l’a fait savoir.
Vous croyez que cette infantilisation autoritaire doublée de chantage et de violences répressives, cette division au sein du corps social pour que les personnes passent leur temps à se chamailler plutôt qu’à regarder du côté des acteurs du pouvoir est pour votre bien ? Vraiment ?

[…]

L’un des symptômes des victimes de harcèlement est la confusion mentale.
Moi-même durant plusieurs semaines je me suis retrouvée dans cette confusion mentale liée à la panique, à l’enfermement brutal alors que je devais voyager, aux personnes qui autour de moi (venant de France en premier lieu) étaient paniquées et transmettaient leur panique. Il faut le dire : on n’y comprenait rien ! Du jour au lendemain arrivait un danger imminent sur l’humanité justifiant des mesures liberticides et tueuses que personne n’avait le droit de contester, au nom de la nouvelle religion d’un « virus » qui opérait une table rase totale sur toute notre vie d’avant, tous nos savoir-faire médicaux, toutes nos organisations de société, et justifiait que l’humanité soit paralysée, ce qu’elle n’a jamais vécu dans toute son Histoire.

Cette confusion mentale provient notamment du langage paradoxal : les sains sont en réalité malades (potentiellement porteurs donc malades), les vieux à protéger sont en réalité abandonnés, délaissés et tués (ex.: ordres de non-réanimation), les enfants à protéger sont maltraités (ex.: désocialisés du jour au lendemain, plusieurs mois sans aucune instruction dans divers pays de la planète, avec des parents fragilisés ne sachant pas s’ils vont pouvoir les nourrir).

Autres paradoxes : pour traiter une maladie qui présente des symptômes respiratoires, nous empêcher de respirer (le masque est désormais devenu le fétiche de cette « pandémie », devant lequel se prosterner, qui ne se prosterne pas fait partie des exclus, et justifie toutes les répressions possibles, même les appels au meurtre que j’ai pu lire sur les réseaux sociaux).

Le mal paranoïaque se répand : tout le monde est mon ennemi et peut me contaminer, même mon partenaire, mon mari ou mon épouse peut devenir mon ennemi et je dois m’en isoler.

Voici en quelques mois, dans le monde entier, l’avènement d’un monde paranoïaque où plus personne n’est prêt à assumer le danger de la maladie et de la mort et troque (de gré ou de force) sa liberté contre un pacte pervers : je te protège mais tu m’appartiens et je te mets sous tutelle, tu deviens ma chose.

[…]

Cette mort de l’humanité, nous en sommes tous rendus responsables, car évidemment c’est de la faute des citoyens qui n’ont pas assez obéi ! Vous êtes tous coupables en puissance (et non en acte !) de contaminer l’autre, et en puissance, de le tuer. Si vous ne vous soumettez pas sans réfléchir aux ordres politiques d’obéissance inconditionnelle, vous êtes encore plus coupables et désignés comme les personnes à abattre, les « mauvais » citoyens.

Une petite question au passage : Qui détruit la planète depuis des décennies ? Qui détruit la nature, les ressources naturelles, le vivant ? La grande industrie et le grand capital. Et ces gens, qui sont ceux-là mêmes qui sont aux commandes pour la gestion de cette « pandémie », se seraient repentis et voudraient aujourd’hui œuvrer de façon philanthropique pour « le bien » de l’humanité ?
Le sentiment de culpabilité qui nous est injecté en permanence a pour spécificité de nous réduire au SILENCE, avec notre consentement.

[…]

Voulons-nous vivre dans un monde où nous sommes dépossédés de tout libre-arbitre, un monde régi par le contrôle, l’infantilisation, la peur, l’obéissance aveugle, le chantage, la culpabilité, l’arrachement de nos liens affectifs et notre mise sous dépendance économique, mais également un monde où nous servons de cobayes chaque jour de plus en plus ?

[…]

Y a-t-il quelque chose qui peut faire encore plus peur à la majorité des gens que ce monde que je vous décris ? Oui. Les gens ont encore plus peur que tout de se rendre compte que ce sont des cyniques psychopathes qui jouent avec leur vie, leur mentent, les harcèlent et les manipulent. Et ils préfèrent alors justifier toutes ces mesures, et même s’inventent d’autres peurs permettant de préserver leurs illusions : le déni de voir le harcèlement en face, qui supposerait d’admettre que nous sommes manipulés et persécutés, et probablement que nous n’avons pas d’autre porte de sortie que d’affronter le problème. Alors on se bande les yeux en plus de se couvrir le visage.
C’est le problème majeur.
Ceux des ordres desquels nous dépendons dans la mesure où nous leur obéissons représentent des parents de substitution (qui nous disent si c’est bien/si c’est mal, etc.) et que faire si nos parents de substitution sont des psychopathes qui nous veulent du mal ? Automatiquement, sur le plan psychologique, lorsque nous ne voyons pas d’issue, il est très fréquent que l’on rentre dans le délire du bourreau, et qu’on le justifie.
Cela s’appelle : le syndrome de Stockholm.
Ainsi, la plupart préfère s’illusionner quand bien même nous allons directement à l’abattoir.

[…]

Encore une fois, nous n’avons pas besoin d’être pour ou contre absolument, la pensée ne fonctionne pas avec des dogmes et des litanies à répéter en boucle : « Lavez-vous les mains cinq fois par jour » ou autres slogans de ce type ! La seule bonne nouvelle, c’est que le monde aura les mains plus propres qu’en 2019, enfin au sens propre car au sens figuré je crains que beaucoup ne se soient sali davantage les mains cette année. Nous avons besoin de : penser. Sans inquisitions, sans Cerbère pour nous dire « pas le droit de penser cela », sans harpies venant nous persécuter dès que nous osons sortir du dogme officiel.

[…]

A quels freins nous opposons-nous d’ailleurs pour bien diagnostiquer la situation ?

  • La propagande de masse
  • L’incrédulité face au cynisme et à la malveillance qui nous ciblent (nous les peuples) et la banalisation du mal
  • Déni partiel ou total
  • Le déni est l’impossibilité partielle ou totale de se représenter la perte du monde que nous avions connu. Tout le monde espère « le retour comme avant », en niant la réalité de ce qui se passe, et le traumatisme subi.

  • Les clivages
  • Avec les clivages, le corps social se divise en deux camps farouchement opposés : ces fameux clivages entraînent des discussions stériles, des brouilles au sein des familles, et sont la marque de la manipulation comme de la pathologie mentale qui circulent dans le corps social.

Pourquoi les gens se disputent sur le masque/pas masque ? Parce qu’on les conditionne à le faire, à coups de slogans, et non de pensée ! Parce qu’il existe des dogmes insérés (opinions érigées en vérité) qui font que, selon si vous avez été sensible à tel dogme ou tel autre, vous allez défendre telle thèse ! Par exemple, l’on nous a dit qu’il fallait nous tenir à 2 mètres de l’autre, et cela, à partir de la PEUR. Nous n’avons pas validé une pensée, mais enregistré un bon et un mauvais comportement associé à une PEUR. Donc c’est la peur qui domine la pensée ! La peur dont Platon avait pourtant dit qu’il ne faut jamais la laisser diriger l’attelage de votre carriole ! Il faut la tenir en respect sur le siège arrière, car c’est à partir de la peur que les pires horreurs se sont vues dans l’Histoire de l’humanité.

[…]

Ces clivages entraînent une impossibilité de se comprendre, car les personnes tout simplement ne parlent pas avec un même niveau d’information, et non en essayant d’entendre le point de vue de l’autre et en cherchant à partir de quels arguments il peut soutenir un tel point de vue. C’est le slogan de la peur qui prime, il ne peut donc pas y avoir de discussion éclairée avec des émotions qui ont envahi le psychisme de la personne. Et je parle de la peur, mais nous pourrions tout aussi bien parler de la culpabilité.

La peur et le sentiment d’impuissance, doublés de l’impossibilité de comprendre les manipulations psychiques et les conflits de loyauté dans lesquels nous sommes emprisonnés par la propagande de masse, engendrent alors l’agressivité dans le corps social.
N’essayez plus donc de convaincre des émotions, c’est peine perdue !

Il y a, face au délire paranoïaque, et c’est toujours la même histoire, ceux qui sont convaincus par l’analyse, la démonstration (et pas forcément les intellectuels, dont les études en psychologie sociale ont malheureusement démontré la soumission majoritaire aux systèmes totalitaires), et voient le danger arriver, et ceux qui ont besoin d’expérimenter la paranoïa dans son moment totalitaire de destruction massive pour être forcés d’ouvrir leurs yeux qui seront remplis de larmes. C’est ainsi, et nous devons je crois travailler à l’accueillir avec compassion, sans engendrer davantage de frustration, de colère, ou d’agressivité.
La vague totalitaire, nous l’expérimentons, elle arrive.

[…]

Rappelons-nous la dialectique du maître et de l’esclave dans La Phénoménologie de l’Esprit. Hegel ce faisant y décrit le parcours de la conscience qui se révèle à elle-même. La première phase est celle de l’asservissement, l’esclave étant devenu esclave pour avoir préféré la servitude à la mort, et sa reconnaissance est essentielle pour le maître qui a besoin de jouir de son pouvoir dans le regard de l’esclave. Le maître réduit bien évidemment l’esclave à une chose (objectivation), non comme un être conscient de soi. Sa volonté est d’objectiver. Il n’y a pas de maître sans esclave, indique Hegel. Le maître dépend donc de l’esclave pour exister en tant que maître !

Ensuite vient la phase du retournement. Hegel précise que la relation de l’esclave à l’être est dialectique, car son être est nié par son instrumentalisation en tant qu’esclave, réduit à l’état de marchandise, mais il est impossible que ce moment du négatif ne rencontre pas sa résolution, de par la nature universelle de la dialectique de L’Esprit. En clair : le moment du négatif absolu est voué à disparaître. L’on devient esclave à cause de la peur de la mort. Mais l’esclave, parce qu’il est porteur du désir de liberté et incarne l’Esprit, tandis que le maître repose sur sa dépendance à l’esclave, finit par retourner la situation et se libérer du maître.
Ainsi en va-t-il du chemin de la conscience humaine.

Nous l’emporterons car nous sommes plus nombreux, plus puissants, plus créatifs, plus courageux que ces psychopathes qui jouent avec notre humanité et s’en nourrissent comme tous les prédateurs harceleurs. Nous l’emporterons oui, mais à une seule condition : que nous ne renoncions pas à ce qui fait de nous un esclave qui renversera son maître : l’Esprit.
Si nous nous laissons déposséder de notre Esprit, parce que nous le permettons, il est certain que le Maître ne règnera plus que sur des esclaves décérébrés, sans connexion à leur subjectivité, ni à des idéaux, ni à des lois morales et spirituelles.
C’est d’un très grand raffinement ce qui se passe.

[…]

Enfin, je dois dire au titre de la psychologue pour enfants que je suis en première formation, que je suis très alertée par le formatage totalitaire à l’école, qui devient un lieu de maltraitances et de désocialisation dans certains pays sous l’effet de cette pandémie (enfants dans des cages en Thaïlande par exemple), et les déclarations sur le port du masque obligatoires à 6 ans à l’école me paraissent absolument inquiétantes. On met des enfants dans des cages sans que personne ne bronche ? On leur impose les instruments du musèlement ? Ouvrons les yeux sur les conséquences de prendre les enfants pour cobayes de tout ce délire paranoïaque.

Un enfant est en construction psychique et relationnelle, il apprend à reconnaître les intentions de l’autre sur son visage, avec son sourire, et il a besoin du contact. L’école devient le lieu donc de l’abrutissement mais aussi de la déconstruction de la socialisation, c’est impressionnant de non-sens ! Protégeons les enfants des expérimentations psychologiques et psychosociales hasardeuses et des maltraitances.

[…]

La protection des enfants est une priorité fondamentale pour l’humanité, il est temps de ne plus négocier sur le sujet, et je dirais, il est temps que les parents retrouvent leurs instincts de protection et ne se laissent plus avaler et distraire par le quotidien qui ne leur permet plus de distinguer les dangers réels auxquels sont soumis leurs enfants.

[…]

Refusez systématiquement les néologismes de la novlangue, et ne les prononcez pas pour ne pas incorporer leur existence dans le nouveau langage délirant orwellien. Dans ces néologismes, le plus célèbre est « complotiste », qui ne veut rien dire, et vise à modifier notre représentation du réel par un langage trafiqué et pervers. « Complotiste » signifie « à bannir », « à persécuter », « à ostraciser », et rien d’autre. Ce néologisme paralyse comme une menace de bannissement toute pensée qui vient interroger le péril face auquel l’humanité se trouve, les dérives du pouvoir et ses ambitions totalitaires. Car qui dénonce les complots que fomentent les puissants au pouvoir contre les peuples, cela s’appelle, non pas un complotiste, mais : un philosophe. C’est ce que la haute philosophie politique et morale, à commencer par Platon, Aristote et Cicéron, s’est attelée à faire depuis la nuit des temps.

[…]

Accrochez-vous au divin, au vivant, à « l’énergie spirituelle » comme la nommait Bergson, travaillez le détachement des paniques émotionnelles pour ne plus être manipulés par vos émotions.

Redevenons des êtres dont la dignité ne se négocie pas, des êtres à la structure vertébrée, accrochés à nos idéaux de justice, de vérité, de liberté, de paix, qui nous transcendent et nous humanisent. Nous ne sommes pas des mollusques, nous sommes des vertébrés et nous devons nous redresser absolument, en retrouvant notre cœur, c’est-à-dire notre courage de valeureux protecteurs du vivant sur terre.

Une poignée de psychopathes ne peut contrôler le monde que si nous y consentons et nous l’acceptons. Une poignée de résistants peut le sauver ; ils n’ont jamais été bien nombreux, ceux qui ont pu voir en face le moment paranoïaque lorsqu’il commence sa déferlante, la psychologie sociale parle en général de 1% capable de remettre en question le pouvoir lorsqu’il dérive sur un mode totalitaire, et ce sont généralement les gens qui ont des forces vives en eux, encore une fois, et non ceux qui, à force de trop penser, se sont déconnectés de leur cœur.

[…]

Sauvez vos âmes face à la loi martiale qui risque de se répandre sur le monde entier. Mais rappelez-vous que jamais dans l’Histoire le moment totalitaire n’a duré ad vitam aeternam dans sa tension maximale, car la terre est régie par cette énergie spirituelle du vivant.”


Lire l’intégralité de l’article :
Ariane Bilheran : “Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave”
– Télécharger l’article au format pdf

Partagez
23 commentaires
  • „Les sains sont en réalité malades – et les malades sont en réalité sains“ – Erich Fromm (dans un entretien des années 1960, si je me rappelle bien) … Il voulait dire: qui trouve soit-même bien dans un contexte malade comme le nôtre, en réalité, est malade et vice versa.
    Ce que vous décrivez (très bien) s’appelait en Italie „la strategia di tensione“ (la stratégie de tension) qui, après la déclaration de Licio Gelli dans son dernier entretien, avait exactement deux buts: 1) l’exclamation de l’état d’exception et 2) la suppression de la constitution. Ils n’y ont pas réussit, avec tout leur engagement et tous les morts provoqués par cette stratégie, jusqu’à la station central de Bologne, en 1980.
    Aujourd’hui, au contraire, ils ont établit ça pas qu’en Italie, mais bien dans quatre pays européens.
    Je soutiens toutes vos explications sur les mécanismes de la peur – mais il me manque un élément indispensable; celui d’une épidémie virale complètement inventée. Il existe le virus et ils existent les symptômes. Mais la corrélation (la vraie cause de la peur) entre les deux faits réels est irréelle, elle n’existe pas, elle a été inventée pour inventer une pandémie virale – qui, en fait, est une théorie ne pas prouvée et comme ça très probablement inexistante. – Et je répète (qu’on m’en pardonne) pour l’énième fois: qui voudrai jamais soutenir une telle théorie devra nous finalement présenter les résultats des expériences d’après les postulats de Koch, c’est-à-dire la preuve pragmatique qu’un virus soit en mesure de provoquer ce tableau clinique établit.
    Reconnaître et comprendre ça serait l’arme plus puissante pour combattre cette absurde peur. Pour l’éviter on utilise la stratégie de discréditer tous comme des „complotistes“ qui ne sont pas alignés avec la version „officielle“. – En tout cas c’est un fait établi qu’il n’existe aucune preuve/étude de cas pour l’existence des épidémies virales.
    On nous ment depuis un entier siècle.
    Ce qui est en train d’arriver dans cette période pourrait aussi être une chance pour démasquer finalement qui sont les auteurs de tout ça. Mais pour arriver à ça, avant, nous devons apprendre à reconnaître la vérité.
    PS: la référence sur Hegel est – disons – ambigu. Antony C. Sutton interprète la théorie sur le thèse/antithèse/synthèse et son fonctionnement dans une différente manière …

  • J’ai eu le privilège d’avoir pu échanger quelques instants avec une victime de ces méthodes là.
    Il a répondu à ma première interrogation: MAIS POURQUOI N’AVEZ-VOUS JAMAIS REAGI?”
     
    Sa réponse a été simple: “PARCE QU’ILS NOUS ONT BERNES, ILS NOUS ONT TROMPES, ILS SAVAIENT QUOI NOUS DIRE POUR NOUS FAIRE CROIRE ET ESPERER, CAR QUAND ON A PEUR ON SE RATTACHE A TOUT CE QUI EST AUTORITE”.
     
    Cet homme-là a connu ensuite l’horreur, et vu de ses yeux ce qui en était vraiment à MAUTHAUSEN
     
    Le lien avec cette époque n’a rien à voir, bien entendu, sur les conséquences.

    Mais la méthode ? C’est la même! Marteler des phrases sans aucun sens, vous terroriser, vous brutaliser… jusqu’à ce que vous lâchiez prise et que vous vous rattachiez à l’autorité.

    • Le lien c’est l’idéologie. Et c’est donc ici l’idéologie de gauche.

      Jamais une doctrine de droite pourrait agir ainsi. Un homme vraiment de droite est par définition “droit”. Un homme de gauche est le contraire. Peu importe sa doctrine exacte qu’elle soit communiste, fasciste ou mondialiste : c’est toujours la gauche. Elle prend de multiples visages mais agit souvent pareil. La gauche est un venin.

          • A droite pour son portefeuille c’est le genre d’expression dont je n’ai jamais compris la signification !! Moi je dirai plutôt gauche pour son portefeuille vu que l’amour du fric c’est du matérialisme et que le matérialisme c’est la gauche

        • Dantan j’ai parlé de Gilead ? Ou avez-vous vu ça ?

          A mon avis oui c’est la gauche : pro mort et toutes les dérives immorales

    • “Le lien avec cette époque n’a rien à voir, bien entendu, sur les conséquences.”
      oh ça… c’est encore à voir…. une dictature hygiéniste, eugéniste, transhumaniste… (avec des grands “philanthropes” comme “Bille Gâte”… qui trouve malgré tout qu’on est trop nombreux sur Terre….)
      on n’en est pas si loin finalement !….

      • C’est une grippe. Pas un cancer.

        Le cancer tue des centaines de personnes par jour en France. La covid ça doit tourner à. … ben à rien par jour en fait. ..

        • Exact ; et nul n’a la preuve absolue que ce virus ait tué qui que ce soit , il s’agit bien de propagande visant à terroriser les gens , et le pire , c’est que ça fonctionne !

  • Bravo pour ce texte. Ce que vous dites sur ce qu’on fait vivre aux enfants est absolument vrai et dramatique. Laissons les vivre leur enfance ! Comment peut on faire pour que ce genre de message soit relayé et entendu par l’exécutif ???

  • Ce texte est exceptionnel d’intelligence, de lucidité et d’énergie spirituelle ! Merci pour ce cadeau. Puisse les populations mondiales ouvrir les yeux et leur Conscience !

  • Superbe texte ! Merci beaucoup de votre travail et ce partage clair et synthétique de votre pensée sur la situation. La mienne est en ce moment saturée de questionnements auxquels je tente de répondre difficilement. Vous m’avez éclairé. Je sais désormais dans quelles eaux je navigue. Je vais tâcher de garder le cap vers le seul horizon qui fait sens dans la vie selon moi : le Bonheur. C’est ainsi que j’ai décidé de quitter mon pays, à 33 ans, la France, la mort dans l’âme et je pars dans 3 jours…

    • Vous allez dans un autre pays…. qui sera tout autant rempli de zombies paniquards masqués ? L’idéologie est partout. Le masque est partout

  • Merci pour votre article.
    Une remarque de détail: n’est-ce pas Kant – et non Hegel – qui dit de toujours considérer l’autre comme une fin et non comme in moyen?

  • Ceci prouve bien le niveau intellectuel et surtout mental des larves masquées , malheureusement !

  • Excellent texte.
    La paranoïa est contagieuse. Nous voyons se développer sous nos yeux un exemple de delire mondial. Absolument effrayant. Tout le monde, soignants compris, s’inquiète des “nouveaux cas”. Je travaille en milieu medical et ca ne parle que de depistage, contagion et deuxième vague. La peur a chassé toute capacité de réflexion.