Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

Le code source du modèle épidémiologique qui a décidé du confinement de la France révèle de graves failles

La Suède selon l'Imperial College - En bleu, prédiction "Si rien n'est fait", en jaune prédiction "Avec confinement" - En rouge : la réalité.

Un ancien développeur de chez Google a analysé le code source récemment rendu public du modèle épidémiologique de l’Imperial College de Londres. Ce modèle a servi de caution scientifique au confinement du Royaume-Uni et des Etats-Unis, mais aussi de la France et de nombreux autres pays. Ce modèle annonçait 2,5 millions de morts aux Etats-Unis et « Jusqu’à 500 000 morts » en France « si l’on ne faisait rien ». C’est en se basant sur ce modèle qu’E. Macron a décidé du confinement total de la population.

Voici ce qu’a découvert l’ancien développeur de chez Google : « En raison de bogues, le code peut produire des résultats très différents avec des données en entrée identiques. L’équipe de développement [de l’Imperial College] répète que ce n’est pas important mais ce problème rend le code inutilisable à des fins scientifiques, étant donné qu’un élément fondateur de la méthode scientifique est sa capacité à reproduire les résultats obtenus. »

On s’est aperçu que dans certains cas les prédictions pouvaient varier d’environ 80 000 décès après 80 jours, et ce, sans modifier les données en entrée. « L’équipe de l’Imperial College est «consciente de quelques petits non-déterminismes», mais «cela a toujours été considéré comme acceptable en raison de la nature stochastique générale du modèle». Notez la subtilité ici: l’Imperial College sait que son code contient de tels bogues, mais agit comme s’il s’agissait d’un caractère aléatoire inhérent à l’univers plutôt que comme le résultat d’une programmation d’amateur. Leur code a tellement de bogues de ce type […] qu’ils ont pris l’habitude de simplement faire la moyenne des résultats de plusieurs exécutions pour le « corriger »  » Et « Apparemment, en épidémiologie, une différence de 80 000 décès est « un petit non-déterminisme ».

À noter que « Le code rendu public n’est pas le code original que Neil Ferguson* [ l’épidémiologiste en chef au Royaume-Uni, ndlr ] a utilisé pour produire son célèbre « Report 9 ». Mais une version améliorée et retravaillée par notamment des développeurs de chez Microsoft qui ont tenté d’en corriger les défauts. Visiblement sans grand succès. « Le programme d’origine est constitué d’un seul fichier de 15 000 lignes sur lequel l’équipe a travaillé pendant près d’une décennie (ce qui est considéré comme une pratique de développement extrêmement mauvaise). Une demande pour obtenir le code d’origine a été faite mais a été ignorée par l’équipe [de l’Imperial College]. »

Et l’auteur de l’article d’ajouter : « Ils savent que leur code ne peut pas résister à un examen minutieux […] les dommages causés par plus d’une décennie de programmation amateur sont si étendus que même l’équipe de Microsoft appelée à la rescousse n’a pas été en mesure de le faire fonctionner correctement. »

« Autre point, une partie du code semble essayer de calculer R0 [ le coefficient de reproduction du virus, ndlr ] pour les «lieux». Les hôtels en sont exclus, sans aucune explication. […] Le R0 est à la fois une entrée et une sortie de ces modèles, ce qui peut conduire à des divergences rapides et à des prédictions incorrectes. »

« Bien qu’elle soit consciente des graves problèmes dans son code qu’elle «n’a pas eu le temps» de résoudre, l’équipe de l’Imperial Collège continue d’ajouter de nouvelles fonctionnalités; par exemple, le modèle tente de simuler l’impact des applications de suivi des contacts numériques. »

En conclusion, l’auteur estime que « si quelqu’un avait montré le code à un ingénieur en logiciel, l’alarme aurait pu être donnée immédiatement.  »

*Mise à jour : Neil Ferguson, ou « Professor Lockdown » comme on le surnomme au Royaume-Uni obligé de démissionner. Il recevait sa maitresse chez lui en plein confinement. »

Lire l’article original:
– Code Review of Ferguson’s Model

Traduction automatique en français

Partagez
Commentez