Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

Obliger au port du masque alors que l’épidémie disparaît est “une aberration scientifique et médicale” selon le Dr Pascal Sacré

masque inutile

Le Docteur Pascal Sacré est médecin hospitalier anésthésiste-réanimateur spécialisé en soins intensifs. Cet article publié sur le site du Centre de recherche sur la mondialisation fustige l’inutilité du port d’un masque qui “aggrave la contamination” et dénonce une épidémie qui tourne à “l’hystérie”. Extraits.

“Le port continu des masques aggrave la contamination ! Cette affirmation est basée sur des arguments scientifiques et médicaux. L’air, une fois expiré, est réchauffé, humidifié et chargé de CO2. Il devient un milieu de culture parfait pour les agents infectieux (bactéries, champignons, virus). Des études ont montré que la porosité (trous microscopiques) des masques permet aux germes expirés de s’accumuler sur leur face externe.”

“Non seulement nous réinspirons notre CO2, mais en plus, en touchant tout le temps notre masque (geste inévitable), nous diffusons les germes partout ! Obliger tout le monde à les porter tout le temps, alors que l’épidémie disparaît, est une aberration scientifique et médicale !”

“Les masques sont considérés comme LA protection face à la transmission du virus du COVID-19. Mieux vaut porter un masque (n’importe lequel) que rien. Ah oui ? Je ne suis pas d’accord. Cette idée reçue est largement partagée par la population traumatisée des pays ayant confiné totalement leur peuple.” […]

“On masque les gens et on parle de reconfiner pour de mauvaises raisons :
Les autorités confondent recrudescence de tests RT-PCR positifs et recrudescence d’infections par le COVID-19, ce qui n’est pas la même chose ! Les médias disent : « le nombre d’infections augmente à nouveau », alors que c’est le nombre de tests positifs qui augmente. La réalité est que l’épidémie s’éteint.” […]

“Un masque chirurgical ne fournit pas à son porteur un niveau de protection fiable contre l’inhalation de petites particules en suspension dans l’air et n’est pas considéré comme une protection respiratoire. ” […]


“D’après les essais randomisés contrôlés existants, rien ne prouve que ces masques fonctionnent pour réduire la transmission par gouttelettes et particules d’aérosol dans les maladies respiratoires virales types grippe ou rhumes.”
[…]

“Le professeur Denis Rancourt a effectué une vaste revue de la littérature sur ce sujet :

  • « Un masque chirurgical ne fournit pas à son porteur un niveau de protection fiable contre l’inhalation de petites particules en suspension dans l’air et n’est pas considéré comme une protection respiratoire.
  • L’autorisation de porter un masque chirurgical était plus logique lorsque les scientifiques pensaient au départ que le virus (SRAS-CoV-2) se propageait par de grosses gouttelettes. Mais de plus en plus de recherches montrent que le virus se propage par de minuscules particules virales.
  • Ni les masques chirurgicaux ni les masques en coton ne filtraient efficacement le SRAS-CoV-2 lors de la toux des patients infectés. Il est à noter que nous avons trouvé une contamination plus importante sur les surfaces extérieures que sur les surfaces intérieures des masques.
  • En conclusion, les masques chirurgicaux et en coton semblent être inefficaces pour prévenir la propagation du SRAS-CoV-2 de la toux des patients atteints de COVID-19 à l’environnement et à la surface externe du masque.”

“Les gens ont besoin de croire à quelque chose qui les protège du fléau et il est vrai que les médias et nos « experts », en tout cas en Belgique, ont tout fait pour que les gens aient très peur et acceptent tout et n’importe quoi.” […]

“Pourtant, le port du masque partout et par tout le monde ne repose ni sur la science, ni sur le bon sens et comporte des effets délétères graves sur nos santés.” […]

“La distanciation physique détruit les relations sociales chères à tout être humain. Celui-ci est un être social, la psychologie, la sociologie, la médecine, tout le monde le sait.” […]

“Le lavage excessif des mains devient un hyper hygiénisme pathologique qui prend l’aspect de TOC : trouble obsessionnel compulsif.” […]

“Ces mesures extrêmes, que plus rien ne justifie, doivent céder la place au bon sens, aux relations sociales authentiques et au retour de la confiance dans son système immunitaire et dans l’extinction naturelle de cette épidémie contaminée par l’hystérie.” […]

Lire l’intégralité de l’article :
COVID-19: au plus près de la vérité. Masques


“Il n’y a aucun bénéfice à porter un masque” affirme une nouvelle étude sur le sujet.

Partagez
Commentez

19 commentaires
  • Il ne faut pas être expert pour se rendre compte que le masque est la meilleure protection qui soit pour ne pas être contaminé par des gouttelettes projetées ou en suspension dans l’air.
    Prenez un aérosol, projeter un brouillard d eau et d humidité, traversez le sans masque et puis avec masque et observez. Il protège dans les deux sens, tout comme n importe quel écran suffisamment étanche.
    Les détracteurs du port du masque cherche n importe quelles excuses pour ne pas le porter, c eat honteux.

    • Il ne faut pas être expert non plus pour comprendre qu’obliger à porter un masque quand une épidémie est terminée est profondément idiot en plus d’être pervers.
      Les partisans du port du masque obligatoire cherchent n’importe quelle excuse pour justifier leur bêtise et leur lâcheté. C’est affligeant.

        • Je suis ok avec vous , c est triste , ils deshumanise la société avec des mesures de cretins
          quel avenir pour nos enfants , quel impact psychologique , et apres le lavage de cerveau, le lavage des mains a outrance qui provoquent de plus en plus d allergie ds las cabinets de dermato sans compter la destruction de notre flore qui est necessaire a notre protection, nous avons plus de bacteries ds notre corps que de cellules , a t on oubli que nous avons un systeme immuniataire? Je laisse donc la peur a ceux qui se complaise dans ces attitudes et espere pour eux que tout ira bien

    • Je confirme, valide , souscrits… Si chacun donne un avis sans référence et sans avoir qualité pour ce faire ce n’est pas la peine de discuter….je rappelle que dans les blocs opératoires on porte des masques.

      • Dans les bloque oui tout est fait pour être stérile +procédure du personnel pour ne rien contaminer y compris son masque et c est surtout pour que le personnel ne contamine pas le patient en toussant ou parlant
        Par contre dans la rue , au travail etc ce n est pas stérile l accumulation de poussière, de bactéries etc.. + les main qui touche tout le temps ,cela favorise les champignons enfin bref cela est très mauvais pour le porteur du masque qui plus est tous les jours durant des heures c est juste de la logique , du bon sens , pas besoin d être scientifique pour comprendre . C est fait pour les hôpitaux et à usage rapide et unique
        Sinon ce ne sont que des masques à poussière et aspirateur à bactérie.

      • Oui dans les blocs opératoires :
        température très basse
        ventilation air entrant/air sortant contrôlé
        le temps de lintervention
        Donc rien à voir avec l’imposition de le porter en dehors justement du bloc opératoire.

      • Oui on porte des masques dans un milieux hyperventilé et aseptisé. On ne le garde que le temps de l’opération sans le toucher puis on le jette. Il y a un protocole très stricte.
        Renseignez vous

    • N’importe quoi. Un masque ne protège en rien. Même pas à 1%. C’est même écrit sur les notices. En rien. Si vous parlez de gouttelettes dans l’air alors la charge virale est de zéro ou quasi zéro. Vous croyez que votre discours tient une seconde alors que la plupart des porteurs de masque le portent même en pleine rue ou seuls dans leurs voitures ? Où sont les postillons ? Jetés des nuages ou des pares brise ? C’est insensé. Bref il est impossible de tomber malade dans ces cas, et meme dans les commerces. Ce ne sont pas les yahourts ou les melons ou les livres qui vous projettent des postillons !! En revanche le masque est dangereux : microbes à profusion sur les masques collés directement sur les voies respiratoires, sous oxygénation, respiration directe de nos microbes, gaz carbonique beaucoup plus fort dans le sang (risque accru d AVC et crise cardiaque et donc mort possible, baisse des défenses immunitaires (un peu dommage quand même pour lutter contre un virus, non ? ) C’est une affaire avantages / inconvenients . Les inconvénients priment très largement. Bref vous parlez sans savoir
      Et je vous rappelle que la covid, qui n’existe pas en été, comme toutes les grippes, est globalement peu contagieuse. Alors la belle affaire que vos gouttelettes dans l’air !!!

    • Effectivement monsieur “Broucke” (sans doute un zombie paniquard masqué), vous n’êtes pas “expert” si c’est pour raconter autant de sornettes en si peu de lignes.
      Apparemment comprendre un article …. vous ne savez pas faire …….
      Pourtant même un gamin de 10 ans comprendraient mieux que vous

    • Oui mais les gouttelettes s’accrochent aux masques et la plupart des gens l’enlèvent et le remettent en le touchant de partout. Dans la vie de tous les jours, il n’y a pas de protocoles strictes comme dans les salles d’opération. Donc le virus va sur les mains et le circuit est lancé …
      Jetez vous votre masque à chaque fois que vous le retirez ? Lavez-vous bien vos mains après ?
      En général, un nombre Très minime le fait peut-être.
      Quand l’épidémie est finie, tout cela n’a pas de sens. Regardez les chiffres et les courbes. Restent des cas car tests en masse mais quasiment plus de morts.

    • De LA covid.

      Je rappelle que les noms de maladies sont de genre féminin. Cf ce qu’en a dit l’Académie française et pas seulement l’aAcadémie française. Simplement les règles du français (donc n’importe quel professeur de français normal)

  • Je ne suis pas médecin et ne peut donner mon avis sur le plan médical. Pour ma part, je refuse qu’on me mette dans un bocal stérile et de faire partie d’un troupeau qui se laisse gruger par une entreprise de propagande de la peur faite surtout pour le museler.