Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

“On entretient un climat de peur” alors que “les hospitalisations et les décès continuent de diminuer” dénonce le Pr Rodenstein

peur du covid

Le Pr Daniel Rodenstein est un médecin pneumologue belge à la retraite qui s’est exprimé dans les colonnes du site LeVif.be au sujet de l’épidémie de Coronavirus en Belgique et dans le monde. Il dénonce une “psychose” et des mesures contre la maladie “qui engendrent et engendreront les désastreuses conséquences”. Extraits.

“Chaque année environ 110.000 personnes meurent en Belgique. Chaque mois, 9.100 morts. Chaque jour, 300 morts. Un peu plus en hiver ou un peu moins en été, le chiffre tourne autour de 300 morts par jour en moyenne.” […]

“En 2020, pendant quelques jours du 15 mars au 15 mai, il en est mort un peu plus.[…] Si on regarde l’année 2020 dans son ensemble, il est probable qu’au lieu de 110.000 morts nous aurons entre 110.000 et 115.000 décès. Et comme chaque année, la majorité des morts de 2020 seront âgés de plus de 64 ans.” […]

“Si on regarde ces faits pour ce qu’ils sont, il n’y a là rien, mais vraiment rien, qui puisse expliquer la psychose qui s’est abattue sur la Belgique, qui l’a submergée, paralysée, bouleversée. La vie a été éteinte, suffoquée par un vent de panique où chacun est devenu brutalement une menace mortelle pour son voisin, son prochain, son ami, son aimé et surtout son ainé.” […]

“Le Covid-19 n’aura pas non plus beaucoup changé les chiffres dans le monde, où il meurt chaque année, en gros, 57.000.000 d’humains. Le Covid-19 a tué jusqu’ici, en gros, 600.000 personnes. A peine 1% des morts d’une année quelconque !” […]

“Un autre élément mérite d’être souligné. La mortalité journalière attribuée à la maladie est assez stable depuis plusieurs semaines dans le monde (autour de 5.000 par jour), alors que le nombre de cas diagnostiqués par jour continue d’augmenter. La maladie semble donc de moins en moins mortelle. Cependant, lorsqu’on annonce des chiffres on omet de les expliquer. On nous signale le nombre de cas confirmés, mais on ne nous dit pas si ces gens sont malades ou s’ils se portent comme un charme. On entretient un climat d’anxiété, de peur, alors qu’en Belgique les hospitalisations et les décès continuent de diminuer, même si les cas confirmés augmentent. Et si les chiffres belges ne sont pas assez anxiogènes, on nous parle des Etats Unis où il y a beaucoup de morts (138.000), mais on ne fait pas remarquer qu’il y en a nettement moins par million d’habitants qu’en Belgique (415).” […]

“On mélange, et on entretient une confusion entre cas confirmés, maladie bénigne, malades hospitalisés, soins intensifs. En sachant que seule une minorité des patients hospitalisés (12%) a besoin de soins intensifs, et que la plupart des cas confirmés s’en sortiront sans mal. On nous menace d’une deuxième vague en taisant que cette deuxième vague, si elle survient un jour, sera probablement bien moins grave. L’âge des nouveaux cas est inférieur à l’âge de la première vague, il y aura donc moins de cas graves et moins de morts.” […]

“Que tirer comme bilan ? Il est clair à mes yeux sans le moindre doute que les mesures prises pour combattre cette maladie sont complètement disproportionnées par rapport à la gravité réelle de la maladie.Que la façon de présenter cette maladie […] est déformante, anxiogène, exagérée, injustifiée.”[…]

“On pourrait prétendre que si le Covid-19 n’est pas si grave c’est précisément grâce aux mesures prises qui ne seraient alors ni injustifiées, ni exagérées, ni inappropriées. La Suède, qui n’a pas confiné (ou des pays pauvres où le confinement est simplement impossible) devrait être alors la championne de la mortalité. Si l’on regarde par rapport à la population de chaque pays (par million d’habitants), la Suède est loin derrière la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie, qui ont, eux, confiné. De fait, il n’y a pas de rapport clair entre un confinement plus ou moins strictement respecté et les conséquences de la pandémie d’après les chiffres de l’OMS à ce jour. Ni en Europe ni dans le monde.” […]

“Le coronavirus SARS-CoV-2 accusé de tous les maux de la terre n’aura rien à voir avec les pires conséquences de cette pandémie. Ce sont les mesures et décisions prises à l’encontre de cette maladie […] qui engendrent et engendreront les désastreuses conséquences dont nous tous serons les témoins.” […]

Lire l’intégralité de l’article :
LeVif.be : “On confond pandémie avec menace mortelle”

Partagez
3 commentaires
  • surement un “conspirationniste” de plus…voir même un “négationiste”…ou carrément un “néo-nazi” car c’est à présent la terminologie utilisée par les journaputes et politichiens du “camp-du-bien-pour-votre-santé” qui nous imposent leurs muselières sociales… Et puis, ce docteur n’est qu’un vulgaire “pneumologue”…Belge de surcroit… Donc, autant dire rien…Un minus à coté de nos chères, très chères, très très chères “pointures” que sont nos Salomon, Lacombe, Vérantanplan ou autre Buzyn…liste non exhuastive hélas… Des “sommités”, elles… (y) (y) …et des sommités tellement “probes”…foncièrement honnêtes et compétentes ???