Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

Pour le Pr. Knut Wittkowski : « la stratégie actuelle ne fera que prolonger la crise »

Knut Wittkowski

Deuxième épisode de la série « Perspectives sur la Pandémie », interview du Professeur d’épidémiologie Knut Wittkowski qui dénonce les mesures de confinement et d’isolement social qui selon lui seraient un « facteur d’aggravation objectif de l’épidémie ».

Le Professeur d’épidémiologie Knut Wittkowski qui a dirigé pendant 20 ans le Departement de Biostatistiques, Epidémiologie, et Recherche de l’université Rockefeller est interrogé ici sur sa vision de la pandémie actuelle et sur les mesures pour la contrer. Il affirme que l’éloignement social et le confinement sont la pire façon de lutter contre un virus respiratoire aéroporté. En outre, il offre des données pour montrer que la Chine et la Corée du Sud avaient déjà atteint leur pic de cas lorsqu’ils ont institué leurs mesures de confinement. En d’autres termes, la nature avait déjà atteint, ou presque atteint, l’immunité collective.

Le professeur Wittkowski demande instamment que les écoles soient réouvertes maintenant, afin que le virus puisse se propager sans danger parmi les jeunes, et ainsi raccourcir la durée de confinement des personnes âgées et immunisées. « Notre stratégie actuelle, prévient-il, ne fera que prolonger la crise et garantira probablement une « deuxième vague » d’infections à l’automne. »

Voir la vidéo (anglais) :
Pour générer des sous-titres en francais automatiquement cliquez sur Paramètres (la petite roue en bas à droite de la vidéo) puis Sous-titres puis Traduire automatiquement > Français

Comme vous pourrez le constater en essayant de regarder la vidéo, elle a été supprimée par YouTube.

La version ci-dessous est hébergée sur un serveur privé.

Partagez
Commentez

1 commentaire
  • Mouarf mais les confinements ne sont là que pour tenter de masquer que les services de santé (de tous les pays, la fRance aussi) ont tellement été réduits à leur plus simple expression qu’ils sont incapables de faire correctement leur boulot faute d’effectifs, faute de moyens financiers, faute de moyens matériels.
    S’il n’y avait pas eu de confinement la faillite de leur « politique de santé » aurait été encore plus flagrante… CQFD