Sources et ressources sur l'épidémie de Covid-19

«Un abus de pouvoir structurel s’est installé en France avec une facilité déconcertante » selon Cédric d’Ajaccio

abus de pouvoir

Dans un article paru sur le site EconomieMatin.fr, l’éditorialiste Cédric d’Ajaccio s’interroge sur la période post-déconfinement et les règles hygiénistes qui s’imposent partout et en particulier dans le monde de l’entreprise. Extraits.

« La perte de tout bon sens du Gouvernement et l’hystérie médiatique au sujet de l’épidémie de COVID 19 ont fait sombrer les entreprises, de réseau en particulier, leur personnel, les syndicats, le secteur public, les collectivités publiques et les services centraux et extérieurs de l’Etat, les associations et la société française tout entière dans l’hypocondrie. Et cette hypocondrie a ouvert la voie à une tolérance apparemment illimitée à l’égard de l’abus viral de pouvoir qu’elle a légitimée.[…] »

« Sous couvert d’un lancinant et incontournable « prenez soin de vous », l’adulte est retourné sans protestation sur les bancs de l’école primaire et s’est placé sans discuter sous la férule du Maître ministre de l’intérieur, du Surveillant Général premier ministre et du Directeur président. Le citoyen est redevenu d’un jour à l’autre sujet, et même objet, chose maniable, passivement. Il a respecté à la lettre la consigne du Conseil Scientifique du Président : « pour ne pas mourir, cessons de vivre » […] »

« …tout homme est devenu un danger public, une cause de mort potentielle, soyons en persuadés une fois pour toutes… L’autre cet ennemi.[…] »

« Sur cette base d’hypocondrie aigüe innervée dans les esprits de nos concitoyens par un matraquage qui, lui vraiment, n’a pas d’équivalent depuis la fin de la seconde guerre mondiale et qui doit faire rougir de timidité les Etats totalitaires patentés, un abus de pouvoir structurel s’est installé en France avec une facilité déconcertante […] »

« Il est maintenant urgent de reprendre ses esprits, de revenir aux fondamentaux de l’Etat de droit, à la déclaration des droits de l‘homme et du citoyen (art 4 : « la liberté consiste à faire ce qui ne nuit pas à autrui »), de réfléchir collectivement sur les contraintes proportionnées qu’un Etat démocratique, qui tire sa légitimité du consentement populaire et du bon usage du pouvoir au service de la Nation et du Peuple, peut leur imposer légitimement, y compris dans les cas graves, y compris en état d’urgence sanitaire si il se justifie, y compris en état de guerre, notions à ne pas confondre sauf à marquer de l’irrespect.[…] »

Source :
EconomieMatin.fr : L’hypocondrie conduit droit à la soumission

Partagez
Commentez